Costa Rica

Nous arrivons au Costa Rica et nous sommes directement plongés dans la forêt tropicale. Tout est vert autour de nous, nous entendons les chants des oiseaux, c'est rafraichissant! Nous passons notre première nuit chez des Suisses-allemands (de St-Gall), qui tiennent un petit hôtel. Nous posons notre tente au milieu des singes, un paresseux sur le palmier à côté de nous et un crocodile juste dans la rivière en contre bas. Waw! Déjà conquis par le Costa Rica!

Le jour d'après nous traversons des champs d'orangers. Nous nous arrêtons dans un tout petit village, nous profitons de la rivière pour faire un brin de toilette et nous rafraichir. Une eau magnifique, bleu turquoise. Ça fait plaisir de revoir des cours d'eau pas totalement à sec. Nous préparons notre souper en pensant passer la nuit dans ce charmant endroit. Trois enfants (13,10 et9 ans) du village viennent nous voir, nous disent que l'endroit n'est pas spécialement dangereux mais que parfois des gens un peu trop alcoolisés viennent roder par ici. (des Nicas…apparemment, ce n'est pas l'entente cordiale entre les deux pays ;-))Nous partageons notre souper avec eux, ils ont l'air de raffoler de nos pâtes trop cuites. Puis ils nous invitent à venir mettre notre tente dans leur jardin. Nous avons passé un étrange mais très agréable moment en leur compagnie. Ils étaient très curieux et nous posaient tout pleins de questions très pertinentes.

Sur les pentes abruptes qui nous mènent vers le Rio Celeste, sur une petite route caillouteuse, la poignée d'appoint du vélo se dévisse sous la force de l'effort, nous perdons l'équilibre et Benoit se tord la cheville en atterrissant. Nous retournons donc au village le plus proche, Bijagua non sans mal. C'est surtout Tessalia qui pédale, Benoit ne peut utiliser qu'une jambe. Nous resterons là-bas 3 jours à poser de la glace sur la cheville et récupérer le mieux possible. Nous ne voulons pas rester bloqué dans ce petit village alors un camion nous prend en stop jusqu'au Rio Celeste, nous visiterons quand même le parc, même si Benoit boitte bien bas. Il aurait été frustrant de passer si près d'un si beau lieu sans s'y arrêter. Le rio est d'un bleu turquoise à couper le souffle, et la légende dit que quand Dieu termina de peindre le ciel en bleu, il lava ses pinceaux dans le Rio Céleste.

Nous reprenons le vélo jusqu'à San Rafael car ce n'est que de la descente. Ce n'est pas forcément l'idéal, la cheville de Benoit le fait souffrir, mais il nous faut avancer. De San Rafael nous pouvons prendre un bus pour San Jose et à 10km de là (Heredia) une connaissance de Benoit nous accueille. A nouveau nous sommes agréablement surpris de l'hospitalité que nous recevons de la part de ces expatriés que nous ne connaissions que vaguement. En plus les trois jours suivant il était en vacances et nous avions la maison pour nous, nous en avons profiter pour bien nettoyer la remorque et le vélo ainsi que raccommoder les chaussettes…

Philippe, un ami de Benoit nous a rejoint pour une semaine de vacances. C'est l'occasion de visiter les lieux que nous avons manqués à cause de la blessure de Benoit. Première visite, le volcan Poas… où nous arrivons 5 minutes après qu'il soit entré en éruption. Du coup, impossible d'aller nous promener dessus! Dommage, mais impressionnant quand même! Nous allons donc marcher sur le volcan Arenal, où nous croisons un toucan! Magnifique! Nous nous baignons dans les rivières naturellement chaudes au milieu de la forêt tropicale. C'est féérique. Nous allons au Monteverde nous balader sur des ponts suspendus. nous ne verrons pas autant d'animaux qu'espéré, mais c'est quand même beau. Nous allons encore quelques jours à la mer à Manuel Antonio, et là nous voyons un paresseux juste un mètre au-dessus de nous le long de la route, juste un peu plus loin deux haras qui se disputent au sommet d'un arbre. Nous verrons d'autres paresseux, singes et autres animaux, mais ça n'a pas la même saveur de les voir au hasard que de les voir dans un parc naturel. Nous passons aussi beaucoup de temps dans l'eau, elle est tellement chaude et le vagues nous bercent. Mais le temps passe vite, et c'est déjà le moment pour Philippe de rentrer, et pour nous de repartir.

C'est donc tout reposés (et presque réparé pour Benoît) que nous repartons, direction la côte atlantique, mais ce n'est pas si facile que nous le pensions. Il fait chaud, et nos muscles ne sont plus habitués à l'effort. De plus, nous sommes sur une route avec beaucoup de trafic (tous les camions qui font le trajet entre le pacifique et l'atlantique). Mais la verdure est magnifique: tout est vert, humide, pleins de cocotiers et bananiers…et après quelques jours de trajet, la mer caraïbe! Quel plaisir! Des plages de sable, une ambiance plus relax (presque jamaïcaine, un peu comme au Belize), et une eau bleu turquoise. C'est parfait pour un dernier jour de farniente, avant d'entrer au Panama.

Ce que nous n'avons pas dit sur le Costa Rica, c'est que la pluie a été de la partie! Eh oui, la saison des pluies a commencé un peu plus tôt que nous l'avions prévu, et nous avons eu une averse quasi chaque jour, mais qui, la plupart du temps, ne dure pas trop longtemps.
C'était aussi pour nous un pays cher (ce n'est pas pour rien qu'on l'appelle la Suisse de l'Amérique Centrale ) et touristique, et nous nous réjouissons de retrouver un peu plus d'authenticité (peut-être?) au Panama. Mais nous avons adoré ce pays pour la richesse de ses paysages et de sa faune. Cela faisait vraiment plaisir de revoir un peu plus de nature!

On a aimé

Pouvoir boire l'eau du robinet
La nature verdoyante
Revoir des amis

On a moins aimé

Le trafic
Les moustiques
Les prix élevés

On a été surpris

Il n'y a pas d'armée
Voir les bananes Chiquita
Par le volcan Poas

Posted in Costa Rica and tagged , .

One Comment

  1. Avec chaque video, je me sens joyeuse. (Même si je sais qu’il y a beaucoup des difficulties, et, mon dieu, de pedaler tous les jours comme ça! Est-ce que vous rêvez de pedaler pendant la nuit?)
    Quand même, c’est un projêt de la vie, une éducation de l’esprit, de la coeur, des gens, et de la beauté du monde. Nous sommes totalement fier de vous deux!
    Nous esperons que la cheville est bien ameliorée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *