Nicaragua

Nous sommes enfin au Nicaragua! Cela faisait un moment que l'on (Tessalia) l'attendait! C'est le pays où Tessalia est née et a vécu ses 3 premières années. (Eh oui, elle a même la nationalité!). Elle y était retournée il y a 4 ans pour y apprendre l'espagnol (un peu oublié) et y connaître la culture. C'est donc un "retour aux sources" pour elle, et une découverte pour Benoît, d'un pays dont il a tant entendu parler!

A peine passés la frontière (ce qui nous prendra quand même du temps) nous nous arrêtons vers le canyon de Somoto où une sympathique famille nous laisse poser notre tente derrière leur maison. Nous profitons d'un jour de repos pour aller marcher vers les différents miradors qui surplombent le canyon. Ça nous fait du bien d'être seuls dans la nature, le silence et le calme. Nous y voyons beaucoup d'oiseaux, dont le guardabarranco, oiseau bleu-vert, emblème du Nica)

Après deux petites journée pour rejoindre Esteli, et ses champs de tabac (d'ailleurs, on trouve de bons cigares Nica!), nous rejoignons Jinotega. Notre hôte warmshowers nous avait prévenu que la route comportait quelques belles montées, effectivement, mais nous les avons gravis sans trop de problèmes, en nous arrêtant quand même de temps en temps pour souffler. Nous passons donc deux nuits chez Suzanne, qui s'occupe d'une ferme biologique, et profitons pour nous ressourcer. Nous posons notre tente sur un petit replat en altitude avec une superbe vue sur la vallée et les montagnes environnantes. En contrepartie nous avons beaucoup de vent et deux nuits sous la pluie. Ici, le climat est très différent, et nous nous retrouvons dans une forêt tropicale humide, entourés de plans de café.

Une petite journée nous amène jusqu'à Matagalpa où une amie d'une amie de Tessalia nous héberge. Très belle rencontre et c'est chouette de rencontrer des suisses (même hauts-valaisans) pendant notre périple. Nous allons ensuite jusqu'à León, plus grande étape depuis que nous sommes parti (plus de 140km) mais pas trop difficile, plutôt descendante et pas mal de vent dans le dos. (enfin… on était quand même bien extenués en arrivant, n'arrivant plus à bouger!)

La route est magnifique, nous longeons les champs de café, de tabacs, de canne à sucre, … avec des odeurs d'eucalyptus et pleins d'autres inidentifiables, et la vue de la chaîne de volcan en fond.

Nous resterons 3 jours à Léon, profitant pour visiter la ville, Tessalia constatant tous les changements du centre-ville depuis son dernier passage en 2013. La ville s'est beaucoup modernisée américanisée, maintenant il y a des Mc Do, des Pizza Hut, … dommage! Il y fait très chaud, et nous constatons effectivement que León est l'une des régions les plus chaude du Nicaragua. Nous en profitons pour déguster les boissons locales, la bière Victoria et Toña, et Tessalia se délecte à retrouver l'ivresse du Flor de Cana et du Macua (boisson nationale… au rhum bien sûr!)

Après ces jours de repos nous repartons pour une longue journée, direction Jinotepe. La route est relativement plate, mais ça souffle. Nous sommes emportés comme de vulgaires feuilles mortes subissant le vent de l'automne. Nous devons lutter pour ne pas nous faire déporter hors de la route ou alors se faire aspirer par les camions. Nous avançons donc moins vite qu'espéré, et nous sommes donc obligés de demander l'hospitalité à une vieille dame le long de la route. Elle nous laisse gentiment installer notre tente dans son jardin. Nous n'aurons pas un sommeil très réparateur, les camions freinant avec leur horrible frein à compression juste à notre hauteur.

Enfin le lendemain, une petite journée jusqu'à Jinoepe chez un ami des parents de Tessalia. Il a travaillé avec eux il y a plus de 30 ans et a décidé de rester au Nica. Nous sommes vraiment super bien accueillis (à nouveau) dans leur finca. Il nous montre leur production de confitures, d'ailleurs quel bonheur de déjeuner avec du bon pain, de la confiture et surtout…du beurre. Dur de quitter ce paradis!

Nous nous dirigeons ensuite vers Granada, en passant par l'impressionnante Laguna de Apoyo. A Granada nous retrouvons une ancienne élève de la HEIG qui est là pour aider à la construction de puits dans un village avoisinant. C'est chouette de voir des têtes connues de temps en temps. Depuis Granada nous retournons nous prélasser au bord de l'océan. Tessalia en profitera même pour faire du surf.

Nous prenons ensuite un ferry pour aller sur l'ile d'Ometepe, où ne retrouvons Marianne et Thomas les cyclos suisse-allemand avec qui nous avions partagé une fondue à La Paz (Mexique). Nous partageons nos aventures respectives (même si c'est en Suisse-Allemand…). Nous allons nous baigner dans la piscine naturelle Ojo de agua (en nous relaxant avec un petit coco-rhum bien frais!) Nous faisons le tour de l'ile en regardant bien en l'air car il y a souvent des singes dans les arbres. Nous en verrons d'ailleurs une dizaine, nous narguant du haut des branches. Nous passons notre dernière nuit au Nicaragua chez le Bomberos de Rivas, puis place au Costa Rica!

Ce fut vraiment un plaisir de rouler à nouveau dans des paysages plus sauvage, et de revoir des animaux! Cela faisait un moment que le moral était un peu bas (surtout pour Tessalia). Depuis le Guatemala jusqu'au Honduras, difficile d'être au calme. Il y avait du monde partout, du bruit, du trafic. Pas les meilleures conditions pour faire du vélo. De plus, ce n'était plus possible de faire du camping autre qu'à côté d'un restaurant ou chez les pompiers. Ici, on prend toujours des précautions, mais nous avons pu sortir la tente beaucoup plus souvent.

Nous sommes arrivés (quasi) le plus au sud que Tessalia (qui avait déjà voyagé en Amérique Centrale) ait été… Place donc à la découverte!

Vidéo du Nicaragua
Photos du Nicaragua

 

On a aimé

Pas de déchets le long de la route.
Les paysages laissent plus place à la nature, on revoit des animaux.
Etre accueilli par des connaissances.

On a moins aimé

Le vent de face

On a été surpris

La modernisation
Les nicas qui mangent les s!

Posted in Nicaragua and tagged , , , , .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *