Bolivie

Nous passons la frontière avec Dani (le Catalan) et Patricia (l'Equatorienne) sans problèmes sauf que le douanier ne nous octroie que 30 jours (si nous en voulons plus nous devons aller à l'office de migration dans une grande ville). Nous passons deux jours à Copacabana, petite ville au bord du Lac Titicaca, à cause de la pluie. Ça nous donne aussi une bonne excuse pour nous reposer et profiter d'aller nous promener un peu dans les alentours. Puis nous repartons, sans Dani et Patricia qui restent encore un peu car elle ne se sent pas très bien (mais nous nous promettons de garder contact et d'essayer de se revoir).

Les bords boliviens du Lac Titicaca sont très montagneux mais ils nous offrent, en échange de nos efforts, de magnifiques paysages. Dès le lac quitté, ça devient beaucoup plus monotone, c'est tout plat. Heureusement nous profitons d'une superbe vue sur la Cordillera Andina et ses sommets enneigés. C'est sur une route faite de terre et de cailloux que nous nous arrivons à Laja où nous avions entendu que le prêtre du village accueillait des cyclistes. On ne nous avait pas menti, c'est Mario (marioche de son vrai nom car il est polonais), le prêtre, qui nous accueille, mais malheureusement la pièce où il peut nous héberger est en travaux. Tant pis nous voulions allez à La Paz alors nous laissons nos affaires là et prenons un petit bus pour El Alto. De là, nous prenons le téléphérique pour aller directement au centre de La Paz. Benoît adore ces téléphériques, il y en a déjà cinq en fonction et bientôt encore plus et reliés entre eux. C'est génial: c'est calme et on peut admirer la ville. Nous passons deux jours à La Paz, où heureusement, en voyant le trafic nous n'y sommes pas venus à vélo. Mais c'est une ville intéressante. Nous sommes quand même contents de retrouver Mario et les travaux terminés pour nous reposer.

Nous repartons ensuite pour Oruro, trois jours de vélo le long de la grande route fraichement construite de 2x2 pistes, un bel accotement et très peu de trafic. En passant, nous nous arrêtons à Tolar où il y a la fête du village, deux grandes scènes qui se font face avec de la musique à fond, on peut profitez des deux groupes en même temps, très pratique mais pas très audible. Les gens du village, plutôt des adultes qui dansent en rond avec au milieu des caisses de bières qui se vident très vite. Heureusement qu'ils viennent en couple car il y a toujours un conjoint pour aider l'autre à rentrer (et se relever). Par contre à la vue du parking nous espérons qu'ils ne rentrent pas en voiture.

Nous voici enfin à Oruro, où nous en profitons pour faire le plein de commissions car nous nous préparons pour traverser les déserts de sel. Nous faisons aussi le plein de rayons en priant pour qu'ils ne cassent plus. La ville n'est pas des plus intéressante, mais nous en avons profité pour prolonger notre visa de 30 jours, pour être sûr (et pour permettre à Benoît d'avoir un tampon en plus dans son passeport!).

En sortant d'Oruro sur le Lac Oru Oru (très pollué) nous contemplons des milliers de flamants roses. Dur de convaincre Tess de ranger son appareil photo et de continuer. Trois jours de route jusqu'à Sabaya, une belle route asphaltée, assez plate où finalement notre seul ennemi est le vent. Nous campons au bord de la route juste assez loin des regards car il n'y a pas beaucoup de villages entre deux. Nous avons un matin la surprise d'avoir nos bouteilles d'eau gelées. Il a fait froid cette nuit-là! (Mais heureusement, nous avons une bonne tente et sacs de couchages). Nous dormons aussi une nuit près de traces de pas…d'autruches! (On ne savait pas qu'il pouvait y en avoir ici, on avait bien vu des panneaux "attention autruches traversant la route", mais sans y croire vraiment) Mais malheureusement, pas une en vue.

Nous entrons enfin dans notre premier Salar, celui de Coipasa. Au début, nous pédalons surtout sur une surface faite de mélange d'eau et de sel (de la papetche, un peu semblable à la neige fondue) pas facile d'avancer, et en plus c'est plein de nids de poule. Nous ne croisons vraiment pas grand monde par ici: en une journée nous avons dû voir 4 ou 5 véhicules, heureusement nous avons assez d'eau. Au village de Coipasa situé sur une île au milieu du Salar nous nous arrêtons pour profiter d'un peu d'ombre. Une vieille dame toute souriante vient nous offrir à chacun une glace et discute un petit moment avec nous. Elle veut nous faire à manger et nous inviter à dormir chez elle, il n'est pas assez tard et notre envie de dormir au milieu du Salar et plus forte. Une heure avant le coucher du soleil nous plantons notre tente (étonnement nous arrivons à planter les sardines) au milieu du Salar et nous avons le temps de nous faire à manger pour ensuite admirer le coucher du soleil. Quel sentiment agréable d'être là au milieu de rien! Dès la nuit tombée, nous n'apercevons aucune lumière artificielle et la voie lactée s'offre à nous, nous ne savons où donner de la tête. Un moment incroyable!

Pour rejoindre le Salar d'Uyuni nous devons passer un col à près de 4000 mètres d'altitude sur un chemin de terre de tôle ondulée, impossible d'avancer, nous nous faisons secouer comme pas possible. Nous redescendons sur le Salar d'Uyuni, tout plat, quel bonheur! Nous y dormons, entre le village de Coqueza et l'île d'Incahuasci. Par contre même si la nuit est splendide, il y a des lumières et nous constatons qu'effectivement cette partie est bien plus touristique. Sur l'île, nous nous arrêtons un moment profiter d'un peu d'ombre et de discuter avec d'autres gens. Nous rencontrons un couple d'australien, aussi à vélo mais qui font Uyuni - l'île aller-retour. Nous retrouvons aussi un couple de lausannois que nous avions croisé sur le chemin de Santa Cruz dans la cordillère blanche au Pérou. Finalement nous faisons une pause bien plus longue, mais plus agréable, que prévu. En fin de journée le vent se lève et nous avançons très péniblement à la recherche d'un endroit un peu abrité en dehors du Salar. Nous en trouvons un juste avant la nuit, au bord de la route.

Nous pensons avoir un jour facile pour rejoindre San Juan, 45 kilomètres tout plat. Parfois, nous oublions qu'il n'y a pas de jour facile, un chemin de sable a vite fait de nous le rappeler, nous devons pousser le vélo sur plusieurs kilomètres. Nous arrivons finalement à San Juan en ayant fait le double du temps qu'espéré. Nous trouvons un charmant (et pas cher) hôtel de sel. Nous en profitons pour nous reposer, enlever le sel du vélo et bien nous préparer pour les jours suivants, car il n'y a plus de magasins jusqu'au Chili, soit plus de 300 kilomètres.

Le premier jour est assez facile, tout plat sur un terrain de sable mélangé à du sel donc assez dur mais dès le début d'après-midi le vent se lève, très fort, tournoyant et rarement de dos. Ensuite les choses sérieuses commencent, la route (oubliez les routes asphaltées en Bolivie, à part les axes principaux) est assez bonne mais la pente bien raide. La vue sur les différents volcans qui forment la frontière avec le Chili est particulièrement impressionnante. Nous espérions pouvoir passer la nuit à la Laguna Cañapa mais une crevaison nous force à trouver un abri afin de faire les réparations, manger et passer la nuit. Nous passons enfin vers les lagunes (Cañapa, Hedionda, Negra et Honda). C'est impressionnant de voir ces surfaces d'eau avec de grandes parties blanches de sel (on dirait la banquise) et pleines de flamants roses qui cancanent. Il y a aussi de plus en plus de touristes et de jeeps qui nous dépassent à vive allure et nous envoient plein de poussière. Malheureusement les guide ne respectent pas beaucoup la nature, alors qu'ils devraient rester sur la piste principale, ils préfèrent rouler au milieu du désert. Les plaines n'ont plus aucune végétation mais des traces de jeeps partout. Les journées sont très éprouvantes et nous devons passablement pousser le vélo sur les routes de sable.

Les journées sont très chaudes, les nuits très froides (dont certaines avec la surprise d'avoir nos bouteilles d'eau gelées le matin: heureusement, nous avons un thermos d'eau chaude pour le petit déjeuner) et nous avons rendez-vous avec le vent tous les jours dès midi (même que chaque jour qui passe il vient un peu plus tôt), il est violent, de face et glacial.

A la laguna Colorada à l'entrée de la Reserva Nacional de Fauna Andina Eduardo Avaroa le vent est tellement violent que nous décidons de dormir au refuge. Lors d'une petite ballade nous sommes obligés de nous emballer dans nos habits pour ne pas être fouettés par le sable. Nous allons quand même jusqu'au mirador afin d'admirer cette lagune rouge pleine de flamants roses. Depuis là, la route est nettement meilleure, mais elle monte beaucoup et pour changer, nous devons pousser (on commence à être habitués). Nous dormons à plus de 4800 mètres d'altitude dans un cayon à l'abri du vent et à côté d'un champ de pics de glace. Dès le soleil couché, il fait glacial, avec le vent qui ne s'arrête pas, et c'est avec toutes nos couches (Sacs de couchages, doudoune, bonnet) que nous arrivons à ne pas avoir trop froid durant la nuit. Le matin, nous attendons les premiers rayons de soleil qui réchauffent la tente pour nous lever.

Nous passons ensuite notre plus haut col à vélo, 4926 mètres d'altitude (notre corps s'est un peu habitué, et nous avons maintenant un peu moins de peine à respirer lors d'un effort, même si nous devons toujours faire attention lorsque nous mangeons ou parlons). Nous descendons voir des geysers, puis remontons sur la route principale et redescendons vers la laguna de Chalviri. Là nous pouvons mettre notre tente près d'un restaurant et à l'abri du vent à côté de la jeep de Gabi et Marco (un couple de suisses allemands rencontrés un peu plus tôt en chemin). Au moment du souper, comme ils ont trop de viande (et qu'il est interdit d'entrer au Chili avec des produits frais) nous pouvons agrémenter notre plat de pâtes par un bon filet mignon et un verre de vin (mhmmmm c'est agréable! Et ça change des pâtes à la sauce tomates que nous mangeons depuis bientôt deux semaines). Nous profitons aussi des bains chauds, ce qui n'est pas non plus négligeable après 6 jours sans douches. Le lendemain matin nous nous levons pour assister au lever de soleil sur la lagune et retourner dans l'eau chaude avant qu'une foule de touristes ne débarque. C'est un moment magique que nous vivons, avec la vue sur les flamants roses dans la brume de l'eau chaude et du soleil levant.

Nous nous dirigeons ensuite vers les laguna blanca et laguna verde, Tessalia pédale comme jamais car il parait que la laguna est verte seulement de 11h à 15h. Nous la verrons plus turquoise que verte, mais c'est magnifique avec le volcan Licancabur en fond. A nouveau, impossible de camper vers la lagune à cause du vent, nous allons jusqu'au refuge le plus proche. Nous apprenons qu'il est interdit de camper dans le parc (chose que nous avons faite…tous ces derniers jours!) donc ils nous proposent très gentiment de mettre notre tente dans une pièce de l'hôtel. C'est bien volontiers que l'on accepte.

Dernier jour en Bolivie, petite montée jusqu'à la douane, au milieu de rien, mais avec tout plein de jeeps qui emmènent les gens de Bolivie au Chili, ou bien vont récupérer les gens qui viennent du Chili et de bus qui font l'inverse. On est bien content de se débarrasser de tous ces touristes et de ce trafic, à la fin, on commençait à en avoir assez de manger la poussière qu'ils remuent.

La Bolivie nous laisse un magnifique souvenir: autant c'était vraiment dur sur les routes caillouteuses avec notre vélo, et de vivre en presque autonomie, mais nous y avons découvert des paysages sauvages et merveilleux, et des gens très souriant et aimables (sauf une fois derrière un volant), malgré ce que l'on nous avait dit C'était vraiment très beau à découvrir.

Vidéo de la Bolivie
Photos de la Bolivie

 

Posted in Non classé.

One Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *