Nord Chili – Argentine

Nous entrons au Chili, et miracle: les routes sont asphaltées, 2000 mètres de descente s'offrent à nous jusqu'à San Pedro de Atacama. Nous nous réjouissons un peu trop vite, notre moyeu (centre de la roue arrière) fait des siennes, pas de roue libre: il faut pédaler aussi vite que tourne la roue. Mieux vaut lâcher les pédales dans ces conditions. (et c'est plus très stable). Du coup, nous descendons très lentement…un peu frustrant.

Nous arrivons à San Pedro, où il ne faut pas oublier de passer à la douane faire valider nos passeports et subir le contrôle de fruits et légumes: impossible de passer avec des produits frais au Chili. Mais nous aurions très bien pu aller déposer tous les produits illégaux à l'hôtel et venir nous présenter à la douane ensuite. Enfin, les douaniers préfèrent prendre des photos du vélo que de nous poser les questions d'usage. Nous voici en ville, étrange sentiment après ces derniers jours passés dans la nature. C'est dur de trouver un hôtel, avec de la place et pas trop cher. Finalement nous trouvons une chambre (très chère pour notre budget) mais c'est tellement agréable d'avoir une chambre, un lit et une salle de bain rien que pour nous! Nous en profitons surtout pour nous reposer, aller souper avec un couple de valaisans rencontrés à la frontière et la veille de notre départ nous retrouvons Nyle et Andrea qui viennent d'arriver. Ils sont dans le même état de fatigue que nous lors de notre arrivée, ça nous rassure un peu.

Nous quittons San Pedro et longeons le désert d'Atacama. Les premiers jours la route est assez plate et monotone avec quand même quelques beaux couchers de soleil (et un peu de vent). Nous espérions faire le plein de nourriture dans le seul petit village sur notre route, nous déchantons, nous sommes dimanche et tout est fermé. Nous mangeons dans le seul restaurant d'ouvert et puiserons dans nos réserves pour les jours suivants. Nous abordons la montagne, il fait de plus en plus froid et le vent violent et glacial, que nous pensions loin dernière nous, nous rappelle la Bolivie. Nous découvrons aussi de superbes lagunes! Alors que nous faisons notre pause de midi à l'abri du vent (plus ou moins) et à contempler la Laguna de Aguascalientes un bus de touriste se pose juste à côté de nous: ce sont des français (un papa et ses deux enfants) nous discutons un peu. Ils ont dû avoir pitié de nous car ils nous proposent de prendre les restes de leur dîner. Ils devaient avoir à manger pour 10 alors qu'ils n'étaient que 3. Nous sommes tout heureux de pouvoir prendre de la salade de quinoa, du poulet, du bon pain, un gâteau au pommes et même deux bières. Ça passe vraiment bien nous qui rationnions notre nourriture.

C'est encore plus dur que nous le pensions jusqu'à la douane argentine. Heureusement là-bas ils ont un cantonnement qu'ils laissent aux voyageurs et nous pouvons enfin passer une nuit au chaud, sans vent, avec une cuisine et même une douche. Nous déchantons arrivés en argentine: la route que nous pensions belle et asphaltée est en réalité une piste de cailloux et de tôle ondulée. L'horreur continue jusqu'à San Antonio de los Cobres, où nous retrouvons un peu de civilisation. C'est une petite ville avec des hôtels (pas trop chers) et des magasins. De là nous faisons vite un aller-retour à Salta (la grande ville) pour aller acheter un nouveau moyeu, des nouveaux pneus (nous voyons la toile sur les anciens), et faire des commissions dans un énorme supermarché. Nous allons même manger un buffet brunch, c'est un très bon investissement pour nous, nous étions tellement affamés que nous y sommes restés plus de deux heures. De retour à San Antonio nous retrouvons à nouveau Nyle et Andrea, quel plaisir de partager nos aventures similaires pendant le souper. Nous ne les attendons à nouveau pas car ils descendent à Salta à vélo et nous nous voulons prendre la fameuse Ruta 40.

On doit être un peu maso: on reprend une piste de caillou et un col à plus de 4900 mètres (4995 sur le panneau, 4950 sur le GPS) l'altitude exact n'est pas sûre mais elle doit se situer par-là autour. A part l'état de la route c'est très agréable il n'y a pas de trafic, beaucoup de vigognes et des paysages fabuleux. La descente est un peu difficile, Benoît sent que la direction réagit très bizarrement. Nous sommes obligés de pousser impossible de contrôler le vélo. Après plus de deux heures à pousser le vélo, un groupe de voyageurs en motos avec une voiture qui les suit passe et s'arrête. Nous chargeons le vélo sur la remorque et ils nous emmènent jusqu'à Cachi. Au camping nous retrouvons Aldo un cycliste argentin que nous avions croisé en vitesse dans le salar d'Uyuni. Nous réparons la direction: c'était "juste" un roulement à billes qui était cassé. Encore une nouvelle partie de vélo que nous avons appris à réparer.

Dans les magasins quand ils n'ont pas de monnaie (1 ou 2 pesos) ils nous donnent des bonbons, c'est rigolo. Nous repartons avec Aldo, mais notre nouveau moyeu rend l'âme et nous oblige à prendre un ride jusqu'à Cafayate. Là, nous trouvons (enfin) un bon mécanicien, qui nettoie notre ancien moyeu et celui que l'on venait d'acheter une semaine auparavant est bon pour la casse. Nous passons quelques jours à Cafayate afin de déguster les vins de la région, Tessalia en rêvait depuis tellement longtemps.

Cette fois nous attendons Nyle et Andrea. C'est chouette de voyager à plusieurs, ça nous change. Heureusement que nous sommes tous ensemble car les paysages sont un peu monotones (que du désert) et le vent très fort et de face évidemment. Nous nous séparons après deux semaines ensemble, eux vont vers Mendoza afin de réparer les fermetures éclair de leur tente (on a tous des soucis matériel) et nous passerons plus à l'Ouest nous voulons éviter la grande ville.

Depuis Uspallata nous nous retrouvons sur la route 7 (en direction du Chili), très fréquentée. Ça contraste beaucoup avec ce que nous avions précédemment. Après 20km et quelques grosses frayeurs avec de gros camions qui passent vite et très près de nous, ils klaxonnent mais cela ne nous fait pas disparaitre. Nos vieux démons nous rappellent notre accident du Mexique et nous nous arrêtons et essayons de prendre un ride sur cette portion dangereuse. En vain, les voitures passent à vive allure et ne prêtent guère attention à nous. Nous respirons un bon coup et repartons à vélo en nous mettant bien sur le bas-côté à chaque fois qu'un camion passe. Nous avons la chance de pouvoir apercevoir l'Aconcagua depuis la route, le plus haut sommet du continent américain, à 6'959m. Arrivés à Las Cuevas nous espérions passer par le col los Libertadores pour passer au Chili, mais malheureusement pour nous il était fermé. Nous avons donc chargé notre vélo sur une camionnette et traversé le tunnel ainsi, car il est interdit traverser ces 3 km à vélo.

De l'autre côté, c'est 3'000 mètres de descente sur Valparaiso. Quel changement, nous retrouvons l'océan Pacifique, les plages, les pélicans et la chaleur. Nous sommes accueillis chaleureusement par les parents d'un copain de Benoît. La ville de Valparaiso est impressionnante avec ses maisons colorées, ses graffitis, et ses petits cafés et bars. La ville est construite le long du port, et sur toutes les collines alentours. Ça fait beaucoup d'escaliers à monter, mais lui donne son charme. On peut monter sur ces collines grâce à de vieux funiculaires qu'ils appellent ascenseur (c'est presque juste, tellement ils sont raide). Nous y retrouvons aussi Alberic (notre ami de Suisse venu nous voir déjà au Mexique) quel plaisir de revoir une tête connue. Nous envoyons depuis ici le vélo et la remorque directement à Pucon, au nord de la Patagonie, notre prochaine étape. Cette fois nous sommes vraiment en vacances pour quelques jours, et nous profitons pour aller visiter Santiago en passant. Nous avons le sentiment étrange de nous retrouver dans une grande capitale européenne. Intéressant à voir mais pas trop longtemps, nous sommes heureux de prendre le bus pour Pucon. Cette fois, c'est le départ pour la dernière (ou pas..à suivre…) étape de notre voyage: la Patagonie!

Vidéo du Nord du Chili - Argentine
Photos du Chili et de l'Argentine

Posted in Amérique du Sud, Argentine, Chili and tagged , , , .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *