Patagonia South

Nous embarquons à 9 cyclistes sur un petit bateau pour traverser le lac O'Higgins. La petite embarcation se fait bien secouer par les vagues, d'ailleurs si le lac est trop mouvementé elle ne peut pas naviguer. Nous passons la douane chilienne et nous voici à affronter de grosses pentes, nous devons très souvent pousser le vélo. Il nous faut 3 heures pour faire 15km sur un chemin caillouteux. Là, à la limite entre les deux pays, le chemin devient un sentier, et la véritable aventure commence. Ari et Aline (les cyclistes brésiliens) nous ont attendus et nous aident durant les 6 derniers km. Il nous faut pousser le vélo et enlever les sacoches car avec il est trop lourd à pousser à certains endroits. Nous devons passer des rivières, avec de l'eau jusqu'aux genoux. Le sentier est boueux par endroits, bien qu'il n'ait pas plut depuis plusieurs jours, et c'est à 3 que nous devons nous mettre pour faire avancer le vélo qui s'est enfoncé. Il y a d'énormes ornières, où la remorque passe à peine, mais ça finit toujours par passer on ne sait trop comment. 5 heures pour faire 6 kilomètres, c'était vraiment la partie la plus difficile que nous avons enduré depuis le début du voyage. Mais la récompense était au bout, et nous avons planté la tente au bord du Lago del Desierto, en face du majestueux Fitz Roy.

Rejoindre El Chalten n'était ensuite plus qu'une formalité. Une route de ripio, avec vue sur le Fitz Roy, longeant un rio. A El Chalten nous retrouvons Benjamin et Lucile et d'autres cyclistes que nous avions croisés sur la Carretera Austral: tous ont bien pensés à nous sur le sentier argentin. Nous faisons une marche pour aller voir le Fitz Roy de plus près; là-haut le vent est très violent. D'ailleurs quand nous redescendons les gens étaient bloqués 1 kilomètre plus bas sans pouvoir monter à cause du vent. Nous en profitons aussi surtout pour nous reposer.

Quel bonheur de quitter El Chalten! Non pas que l'on ne s'y plaisait pas, mais la route est asphaltée et nous avons un fort vent de dos: nous parcourons les premiers 90 km très facilement. Ensuite nous tournons à droite et avons le vent de côté, et là nous réalisons bien toute sa violence: difficile d'effectuer les 20 km suivant. Ce jour-là, nous irons jusqu'à la Casa Rosa, endroit incontournable des cyclistes qui passent par là. C'est un hôtel abandonné, mais il reste les murs et le toit (tout ce dont nous avons besoin). Nous partageons "l'hôtel" avec un couple de hollandais qui s'en va vers le Nord et un Polonais qui suit la même route que nous. Chacun a mis sa tente dans une chambre et nous nous retrouvons pour manger ensemble et partager nos histoires. Pour nous rendre jusqu'à El Calafate nous devons vraiment lutter contre ce satané vent de côté et de face. Nous y arriverons finalement bien éreintés.

Il y a de mauvaises journées (comme quand nous nous sommes trompés de route et avons perdu le GPS) et il y en a de bonnes. Nous faisons du stop pour aller voir le glacier Perito Moreno (car le bus est hors de prix), nous n'attendons pas très longtemps et c'est un employé du parc qui nous prend. En passant devant l'entrée, il passe tout droit et nous dit: vous êtes avec moi pas besoin de payer. Hé ben y a des jours comme ça, nous n'avons pas eu besoin de dépenser 2200 pesos, soit environ 100 US dollars. Sur le chemin du retour le couple qui nous a pris en stop nous dit: "Nous vous avons vu hier en arrivant à El Calafate mais pourquoi zigzaguiez-vous sur la route, c'est dangereux!" Comment lui expliquer qu'il n'est pas facile de rouler droit en montée avec un vent de plus de 50km/h plus ou moins en face.

A nouveau en quittant El Calafate et partant vers l'Est nous avons un super vent de dos qui nous pousse et facilite grandement les montés. Pas facile de trouver des endroits où dormir, ça souffle sans arrêt et il n'y a que de la pampa. Nous avons de la chance, nous arrivons chaque fois à trouver un endroit protégé. Une fois la maison d'entretien des routes nous offre un abri providentiel, nous demandons pour camper derrière une maison mais on nous propose une remorque de camion avec des chambres, nous trouvons un petit abri pour les bergers en hiver avec des lits et un poêle. Tous des endroits providentiels mais oh combien salvateurs dans ce pays où le vent ne s'arrête jamais (ou alors lorsqu'il s'arrête…c'est qu'il pleut!).

A Puerto Natales, nous nous reposons et allons visiter le parc de Torres del Paine en voiture avec le propriétaire de l'auberge où nous dormons. Nous sommes bien content car le temps n'est pas au beau fixe et la route de ripio est vallonnée et en mauvais état. C'est en bien plus bien agréable de se laisser conduire, et nous voyons pleins d'endroits où nous ne serions pas allés à vélo (eh oui, c'est plus contraignant de faire des détours à vélo).

Jusqu'à Punta Arenas la route n'est pas passionnante, que de la pampa et du vent (de dos ou de côté), il y a juste quelques ñandú (petites autruches sauvages) et les guanacos (cousin du vigogne, famille des lamas) qui égaillent nos journées. Nous passons quelques jours à Punta Arenas, où nous faisons les touristes et allons voir les manchots de Magallanes sur l'île Magdalena. Il y en a des centaines, et nous pouvons les observer de tout près.

Nous prenons ensuite un ferry afin de traverser le détroit de Magellan et rejoindre la Terre de Feu. A notre arrivée, il fait froid et il pleut. En fait nous réalisons que par ici il y a deux sorte de temps: soit il y a un vent à décorner les bœufs, soit il pleut. Nous roulons quelques 50 kilomètres le long du détroit et commençons à être bien trempés quand une jeep avec une remorque s'arrête à côté de nous et nous propose de nous avancer un petit bout. Ce n'est pas de refus, et il nous dépose à un refuge où nous passons la nuit au sec. Nous sommes d'ailleurs bien reconnaissants, car cette nuit-là, il y a eu énormément de vent, pas sûr que notre tente y aurait résisté! Une réserve de manchots royaux se trouve à 15 kilomètres de là, impossible de retenir Tessalia. Ils sont beaux avec leurs couleurs, il y a même des nouveaux nés, c'est chouette de les voir!

En changeant un rayon cassé, nous apercevons que notre jante est vraiment bien abîmée, du coup nous modifions notre itinéraire, retournons sur nos pas et prenons la route beaucoup plus fréquentée, un peu moins jolie, mais au moins asphaltée. Nous nous retrouvons dans la pampa, du plat et du vent mais malgré tout, les paysages ont leur charme. Les herbes dans les tons dorés qui flottent au vent, les guanacos et les renards qui nous regardent passer et les vieux puits de pétrole qui nous surprennent.

Nous arrivons à Tohluin et soudain les paysages changent complètement: nous retrouvons de la forêt et gentiment des montagnes et pour ne rien gâcher, beaucoup moins de vent. Nous passons deux jour dans un hôtel abandonné, au bord du lac Escondido. Nous sommes vraiment bien là au soleil, nous avons une cabane rien que pour nous, la seule qui a encore des fenêtres.

Puis voilà, notre dernier jour de vélo sur le continent américain, c'est étrange. A notre arrivée à Ushuaïa, nous nous arrêtons pour faire la traditionnelle photo. Il y a là un motard en larme d'avoir fini son voyage. Nous ne réalisons pas vraiment que cette aventure est terminée. Il nous faudra certainement du temps pour digérer tout ça, et ça tombe bien, nous en avons.

650 jours de voyage et 25'000 km après avoir quitté l'Alaska, nous avons atteint Ushuaïa, Fin del Mundo. Un voyage rempli de rencontres, de découvertes, d'aventures, et surtout de souvenirs! Une aventure incroyable que nous avons vécue ensemble, et avec vous, qui nous suivez et nous soutenez.

Merci!

Pour l'instant, les parents de Tessalia nous ont rejoints, nous passerons donc deux semaines de vacances avec eux en Argentine, avant de nous faire un petit plaisir: nous partons sur une croisière pour deux semaines, depuis Buenos Aires, en direction de Marseille, avec escale au Brésil, dans les Canaries, et en Espagne. Depuis Marseille, nous remonterons en vélo jusqu'en Suisse. L'aventure n'est donc largement pas finie, et vous aurez encore quelques nouvelles de notre part!

Vidéo du Sud de la Patagonie
Photos de la Patagonie

Patagonia North

A notre arrivée à Pucón en Patagonie nous sommes directement dans le bain: vent violent, pluie et froid. Nous trouvons un petit hostel pour nous mettre à l'abri et au chaud au coin du feu pour attendre Alberic (notre ami venu nous voir de Suisse). Ça nous change bien des jours précédents où nous étions en petits shorts. Mais le temps change très vite, et les jours suivants il fait très beau et chaud. Nous profitons des bains thermaux et des belles balades à faire d'où nous pouvons admirer les volcans Villarrica et Lanin.

Nous quittons ensuite Alberic et reprenons notre vélo après une longue période de repos. Le début est plutôt plat, nous sommes en plein printemps, les fleurs de toutes les couleurs bordent la route et nous sommes envahis de leurs odeurs. Il y a peu de trafic c'est très agréable à rouler, même lorsque la route se fait bien plus pentue. Nous repassons sans encombre en Argentine pour retrouver la "Ruta 40" et les magnifiques paysages des siete lagos. Enfin… surtout quand il fait beau. Nous passons Noël à la casa de ciclista de Bariloche en compagnie de Raphaël et Elodie un très sympathique couple de Français qui remonte d'Ushuaia. Nous pouvons échanger nos conseils pour la suite de nos voyages respectifs. Nous repartons ensuite direction le Chili, en passant par le parc naturel de Los Alerces.

Nous espérions être bien accueilli chez les pompiers de Cholila, malheureusement apparemment une nouvelle loi leur interdit désormais d'héberger des cyclistes. Mais le commandant habite juste à côté et nous propose un couvert qui nous conviendra parfaitement pour la nuit (surtout avec la pluie qui tombe, c'est bien agréable). Depuis que nous sommes revenus sur la 40 nous rencontrons beaucoup plus de cyclistes. Dans le Parc National de Los Alerces nous voyageons avec un couple de brésiliens en tandem et un couple de breton en vélos couchés. Nous repassons donc au Chili pour passer la nouvelle année à Futaleufu dans un petit hostel, rien de bien spécial, une soirée en amoureux et couché à peine minuit passé. Il pleut énormément nous restons donc au sec encore un jour.

Ensuite nous avons envie d'avancer, donc nous reprenons la route malgré pluie. Bien que le ciel soit très bas et nuageux nous apercevons quand même de beaux paysages, avec toute cette pluie, il y a des cascades partout. Nous traversons le village sinistré de Santa Lucia. La moitié du village a été enseveli sous une coulée de bout environ deux semaines avant notre passage, ainsi que 6km de route (en direction du nord) qui ont été emportés. D'ailleurs avant d'y passer nous ne savions pas trop si nous pouvions le traverser, c'était très dur d'avoir des informations fiables (surtout depuis l'Argentine, les deux pays ne se portant pas vraiment dans le cœur). Des hommes recherchent encore des personnes disparues, d'autre s'affairent à déblayer les décombres, c'est impressionnant à voir.

Mais nous voici enfin sur la fameuse Carretera Austral, route mythique de la Patagonie Chilienne, s'étendant sur 1200 km environ. Vu que la route venant du nord est fermée, c'est parfait pour rouler (si l'on oublie la pluie): un bon revêtement et presque pas de véhicules. Mais cela ne dure pas. Nous retrouvons bien vite le ripio et les voitures. Quand nous planifions nos étapes, les profils sont relativement plats. Dans la réalité nous découvrons ce que nous baptiserons le "plat patagonien". En fait c'est des successions de petites montées et descentes extrêmement raides, ce qui nous fatigue beaucoup, mais ça nous laisse plus de temps pour admirer les sommets enneigés et les glaciers. L'avantage, nous trouvons facilement des endroits où camper et même faire un feu pour réchauffer nos soirées assez fraîches.

Après 3 jours de vélo sous la pluie, de camping dans la nature (ou sous un abri de fortune), et de remettre nos habits mouillés et gelés le matin, nous faisons un arrêt forcé dans le petit village de Puyuhuapi, histoire de tout sécher et de se réchauffer. Nous y croiserons à nouveau tout plein de cyclistes: Maru, (Argentine), Ari et Aline (Brésil), et Jonas et Anaëlle, deux Suisses…dont nous apprenons que nous avons une amie en commun, et qui avaient donc entendu parler de nous. Le monde est vraiment petit! Nous repartons sous la pluie, pour aller faire une marche à quelques km de là, mais ne verrons le glacier que nous voulions voir que 2 secondes. Un peu frustrant, car le lendemain, le soleil se lève. Ici, nous l'apprendrons, le temps change très vite. Passant d'un froid glacial et de la pluie à un jour au soleil et du chaud le lendemain. Nous continuons notre route vers le Sud, croisant toujours plein de cyclistes.

Nous faisons un petit détour pour aller voir le village sur pilotis de Tortel. La mauvaise route de ripio nous fait un peu regretter le détour mais pas le surprenant village, construit entièrement sur pilotis, à flanc de montagne, avec des passerelles passant d'une maison à l'autre. Ensuite il faut prendre un ferry (gratuit) car il n'y a pas de route pour traverser un fjord. Nous dormons dans une cabane spécialement dédiée au voyageurs nous la partageons avec Ben et Lucile un couple de cyclo-parapentiste français. Sur les 100 derniers kilomètres qui nous mènent à Villa O'Higgins (fin ou début de la Carretera Austral), nous passons une journée où rien ne va (il y en a quelques-unes pendant le voyage). Après 7km la route se sépare en 2 et nous ne savons toujours pas pourquoi, mais nous avons pris le mauvais chemin. Après 15km, nous réalisons que nous avons perdu le GPS. Benoît retourne à pieds en arrière à sa recherche et, aidé dans ces recherches par les militaires qui refont la route, refait tout le chemin en arrière avec eux, mais ne retrouve pas le GPS. C'est quand ils lui demandent où nous allons qu'ils nous disent que nous ne sommes pas sur la bonne route. Par chance les militaires chargent notre vélo sur leur pick-up et nous ramènent jusqu'au croisement où nous nous étions trompés. Du coup nous reprenons notre (bonne) route en direction d'O'Higgins.

Arrivés là-bas il faut réserver les bateaux pour rejoindre El Chalten. C'est un peu l'inconnu car il n'y a qu'un petit bateau (9 vélos max) et il navigue au bon vouloir du capitaine et de la météo. Par chance nous pouvons prendre un bateau pour le surlendemain, ce qui nous offre une journée de repos afin de bien préparer le passage très difficile jusqu'à El Chalten.

Le beau temps est à nouveau de la partie, pas de vent, nous partons donc lundi sur le petit bateau, direction l'Argentine, pour une ENORME aventure! Mais ce sera pour le prochain récit!

Vidéo du Nord de la Patagonie
Photos de la Patagonie

Nord Chili – Argentine

Nous entrons au Chili, et miracle: les routes sont asphaltées, 2000 mètres de descente s'offrent à nous jusqu'à San Pedro de Atacama. Nous nous réjouissons un peu trop vite, notre moyeu (centre de la roue arrière) fait des siennes, pas de roue libre: il faut pédaler aussi vite que tourne la roue. Mieux vaut lâcher les pédales dans ces conditions. (et c'est plus très stable). Du coup, nous descendons très lentement…un peu frustrant.

Nous arrivons à San Pedro, où il ne faut pas oublier de passer à la douane faire valider nos passeports et subir le contrôle de fruits et légumes: impossible de passer avec des produits frais au Chili. Mais nous aurions très bien pu aller déposer tous les produits illégaux à l'hôtel et venir nous présenter à la douane ensuite. Enfin, les douaniers préfèrent prendre des photos du vélo que de nous poser les questions d'usage. Nous voici en ville, étrange sentiment après ces derniers jours passés dans la nature. C'est dur de trouver un hôtel, avec de la place et pas trop cher. Finalement nous trouvons une chambre (très chère pour notre budget) mais c'est tellement agréable d'avoir une chambre, un lit et une salle de bain rien que pour nous! Nous en profitons surtout pour nous reposer, aller souper avec un couple de valaisans rencontrés à la frontière et la veille de notre départ nous retrouvons Nyle et Andrea qui viennent d'arriver. Ils sont dans le même état de fatigue que nous lors de notre arrivée, ça nous rassure un peu.

Nous quittons San Pedro et longeons le désert d'Atacama. Les premiers jours la route est assez plate et monotone avec quand même quelques beaux couchers de soleil (et un peu de vent). Nous espérions faire le plein de nourriture dans le seul petit village sur notre route, nous déchantons, nous sommes dimanche et tout est fermé. Nous mangeons dans le seul restaurant d'ouvert et puiserons dans nos réserves pour les jours suivants. Nous abordons la montagne, il fait de plus en plus froid et le vent violent et glacial, que nous pensions loin dernière nous, nous rappelle la Bolivie. Nous découvrons aussi de superbes lagunes! Alors que nous faisons notre pause de midi à l'abri du vent (plus ou moins) et à contempler la Laguna de Aguascalientes un bus de touriste se pose juste à côté de nous: ce sont des français (un papa et ses deux enfants) nous discutons un peu. Ils ont dû avoir pitié de nous car ils nous proposent de prendre les restes de leur dîner. Ils devaient avoir à manger pour 10 alors qu'ils n'étaient que 3. Nous sommes tout heureux de pouvoir prendre de la salade de quinoa, du poulet, du bon pain, un gâteau au pommes et même deux bières. Ça passe vraiment bien nous qui rationnions notre nourriture.

C'est encore plus dur que nous le pensions jusqu'à la douane argentine. Heureusement là-bas ils ont un cantonnement qu'ils laissent aux voyageurs et nous pouvons enfin passer une nuit au chaud, sans vent, avec une cuisine et même une douche. Nous déchantons arrivés en argentine: la route que nous pensions belle et asphaltée est en réalité une piste de cailloux et de tôle ondulée. L'horreur continue jusqu'à San Antonio de los Cobres, où nous retrouvons un peu de civilisation. C'est une petite ville avec des hôtels (pas trop chers) et des magasins. De là nous faisons vite un aller-retour à Salta (la grande ville) pour aller acheter un nouveau moyeu, des nouveaux pneus (nous voyons la toile sur les anciens), et faire des commissions dans un énorme supermarché. Nous allons même manger un buffet brunch, c'est un très bon investissement pour nous, nous étions tellement affamés que nous y sommes restés plus de deux heures. De retour à San Antonio nous retrouvons à nouveau Nyle et Andrea, quel plaisir de partager nos aventures similaires pendant le souper. Nous ne les attendons à nouveau pas car ils descendent à Salta à vélo et nous nous voulons prendre la fameuse Ruta 40.

On doit être un peu maso: on reprend une piste de caillou et un col à plus de 4900 mètres (4995 sur le panneau, 4950 sur le GPS) l'altitude exact n'est pas sûre mais elle doit se situer par-là autour. A part l'état de la route c'est très agréable il n'y a pas de trafic, beaucoup de vigognes et des paysages fabuleux. La descente est un peu difficile, Benoît sent que la direction réagit très bizarrement. Nous sommes obligés de pousser impossible de contrôler le vélo. Après plus de deux heures à pousser le vélo, un groupe de voyageurs en motos avec une voiture qui les suit passe et s'arrête. Nous chargeons le vélo sur la remorque et ils nous emmènent jusqu'à Cachi. Au camping nous retrouvons Aldo un cycliste argentin que nous avions croisé en vitesse dans le salar d'Uyuni. Nous réparons la direction: c'était "juste" un roulement à billes qui était cassé. Encore une nouvelle partie de vélo que nous avons appris à réparer.

Dans les magasins quand ils n'ont pas de monnaie (1 ou 2 pesos) ils nous donnent des bonbons, c'est rigolo. Nous repartons avec Aldo, mais notre nouveau moyeu rend l'âme et nous oblige à prendre un ride jusqu'à Cafayate. Là, nous trouvons (enfin) un bon mécanicien, qui nettoie notre ancien moyeu et celui que l'on venait d'acheter une semaine auparavant est bon pour la casse. Nous passons quelques jours à Cafayate afin de déguster les vins de la région, Tessalia en rêvait depuis tellement longtemps.

Cette fois nous attendons Nyle et Andrea. C'est chouette de voyager à plusieurs, ça nous change. Heureusement que nous sommes tous ensemble car les paysages sont un peu monotones (que du désert) et le vent très fort et de face évidemment. Nous nous séparons après deux semaines ensemble, eux vont vers Mendoza afin de réparer les fermetures éclair de leur tente (on a tous des soucis matériel) et nous passerons plus à l'Ouest nous voulons éviter la grande ville.

Depuis Uspallata nous nous retrouvons sur la route 7 (en direction du Chili), très fréquentée. Ça contraste beaucoup avec ce que nous avions précédemment. Après 20km et quelques grosses frayeurs avec de gros camions qui passent vite et très près de nous, ils klaxonnent mais cela ne nous fait pas disparaitre. Nos vieux démons nous rappellent notre accident du Mexique et nous nous arrêtons et essayons de prendre un ride sur cette portion dangereuse. En vain, les voitures passent à vive allure et ne prêtent guère attention à nous. Nous respirons un bon coup et repartons à vélo en nous mettant bien sur le bas-côté à chaque fois qu'un camion passe. Nous avons la chance de pouvoir apercevoir l'Aconcagua depuis la route, le plus haut sommet du continent américain, à 6'959m. Arrivés à Las Cuevas nous espérions passer par le col los Libertadores pour passer au Chili, mais malheureusement pour nous il était fermé. Nous avons donc chargé notre vélo sur une camionnette et traversé le tunnel ainsi, car il est interdit traverser ces 3 km à vélo.

De l'autre côté, c'est 3'000 mètres de descente sur Valparaiso. Quel changement, nous retrouvons l'océan Pacifique, les plages, les pélicans et la chaleur. Nous sommes accueillis chaleureusement par les parents d'un copain de Benoît. La ville de Valparaiso est impressionnante avec ses maisons colorées, ses graffitis, et ses petits cafés et bars. La ville est construite le long du port, et sur toutes les collines alentours. Ça fait beaucoup d'escaliers à monter, mais lui donne son charme. On peut monter sur ces collines grâce à de vieux funiculaires qu'ils appellent ascenseur (c'est presque juste, tellement ils sont raide). Nous y retrouvons aussi Alberic (notre ami de Suisse venu nous voir déjà au Mexique) quel plaisir de revoir une tête connue. Nous envoyons depuis ici le vélo et la remorque directement à Pucon, au nord de la Patagonie, notre prochaine étape. Cette fois nous sommes vraiment en vacances pour quelques jours, et nous profitons pour aller visiter Santiago en passant. Nous avons le sentiment étrange de nous retrouver dans une grande capitale européenne. Intéressant à voir mais pas trop longtemps, nous sommes heureux de prendre le bus pour Pucon. Cette fois, c'est le départ pour la dernière (ou pas..à suivre…) étape de notre voyage: la Patagonie!

Vidéo du Nord du Chili - Argentine
Photos du Chili et de l'Argentine

Bolivie

Nous passons la frontière avec Dani (le Catalan) et Patricia (l'Equatorienne) sans problèmes sauf que le douanier ne nous octroie que 30 jours (si nous en voulons plus nous devons aller à l'office de migration dans une grande ville). Nous passons deux jours à Copacabana, petite ville au bord du Lac Titicaca, à cause de la pluie. Ça nous donne aussi une bonne excuse pour nous reposer et profiter d'aller nous promener un peu dans les alentours. Puis nous repartons, sans Dani et Patricia qui restent encore un peu car elle ne se sent pas très bien (mais nous nous promettons de garder contact et d'essayer de se revoir).

Les bords boliviens du Lac Titicaca sont très montagneux mais ils nous offrent, en échange de nos efforts, de magnifiques paysages. Dès le lac quitté, ça devient beaucoup plus monotone, c'est tout plat. Heureusement nous profitons d'une superbe vue sur la Cordillera Andina et ses sommets enneigés. C'est sur une route faite de terre et de cailloux que nous nous arrivons à Laja où nous avions entendu que le prêtre du village accueillait des cyclistes. On ne nous avait pas menti, c'est Mario (marioche de son vrai nom car il est polonais), le prêtre, qui nous accueille, mais malheureusement la pièce où il peut nous héberger est en travaux. Tant pis nous voulions allez à La Paz alors nous laissons nos affaires là et prenons un petit bus pour El Alto. De là, nous prenons le téléphérique pour aller directement au centre de La Paz. Benoît adore ces téléphériques, il y en a déjà cinq en fonction et bientôt encore plus et reliés entre eux. C'est génial: c'est calme et on peut admirer la ville. Nous passons deux jours à La Paz, où heureusement, en voyant le trafic nous n'y sommes pas venus à vélo. Mais c'est une ville intéressante. Nous sommes quand même contents de retrouver Mario et les travaux terminés pour nous reposer.

Nous repartons ensuite pour Oruro, trois jours de vélo le long de la grande route fraichement construite de 2x2 pistes, un bel accotement et très peu de trafic. En passant, nous nous arrêtons à Tolar où il y a la fête du village, deux grandes scènes qui se font face avec de la musique à fond, on peut profitez des deux groupes en même temps, très pratique mais pas très audible. Les gens du village, plutôt des adultes qui dansent en rond avec au milieu des caisses de bières qui se vident très vite. Heureusement qu'ils viennent en couple car il y a toujours un conjoint pour aider l'autre à rentrer (et se relever). Par contre à la vue du parking nous espérons qu'ils ne rentrent pas en voiture.

Nous voici enfin à Oruro, où nous en profitons pour faire le plein de commissions car nous nous préparons pour traverser les déserts de sel. Nous faisons aussi le plein de rayons en priant pour qu'ils ne cassent plus. La ville n'est pas des plus intéressante, mais nous en avons profité pour prolonger notre visa de 30 jours, pour être sûr (et pour permettre à Benoît d'avoir un tampon en plus dans son passeport!).

En sortant d'Oruro sur le Lac Oru Oru (très pollué) nous contemplons des milliers de flamants roses. Dur de convaincre Tess de ranger son appareil photo et de continuer. Trois jours de route jusqu'à Sabaya, une belle route asphaltée, assez plate où finalement notre seul ennemi est le vent. Nous campons au bord de la route juste assez loin des regards car il n'y a pas beaucoup de villages entre deux. Nous avons un matin la surprise d'avoir nos bouteilles d'eau gelées. Il a fait froid cette nuit-là! (Mais heureusement, nous avons une bonne tente et sacs de couchages). Nous dormons aussi une nuit près de traces de pas…d'autruches! (On ne savait pas qu'il pouvait y en avoir ici, on avait bien vu des panneaux "attention autruches traversant la route", mais sans y croire vraiment) Mais malheureusement, pas une en vue.

Nous entrons enfin dans notre premier Salar, celui de Coipasa. Au début, nous pédalons surtout sur une surface faite de mélange d'eau et de sel (de la papetche, un peu semblable à la neige fondue) pas facile d'avancer, et en plus c'est plein de nids de poule. Nous ne croisons vraiment pas grand monde par ici: en une journée nous avons dû voir 4 ou 5 véhicules, heureusement nous avons assez d'eau. Au village de Coipasa situé sur une île au milieu du Salar nous nous arrêtons pour profiter d'un peu d'ombre. Une vieille dame toute souriante vient nous offrir à chacun une glace et discute un petit moment avec nous. Elle veut nous faire à manger et nous inviter à dormir chez elle, il n'est pas assez tard et notre envie de dormir au milieu du Salar et plus forte. Une heure avant le coucher du soleil nous plantons notre tente (étonnement nous arrivons à planter les sardines) au milieu du Salar et nous avons le temps de nous faire à manger pour ensuite admirer le coucher du soleil. Quel sentiment agréable d'être là au milieu de rien! Dès la nuit tombée, nous n'apercevons aucune lumière artificielle et la voie lactée s'offre à nous, nous ne savons où donner de la tête. Un moment incroyable!

Pour rejoindre le Salar d'Uyuni nous devons passer un col à près de 4000 mètres d'altitude sur un chemin de terre de tôle ondulée, impossible d'avancer, nous nous faisons secouer comme pas possible. Nous redescendons sur le Salar d'Uyuni, tout plat, quel bonheur! Nous y dormons, entre le village de Coqueza et l'île d'Incahuasci. Par contre même si la nuit est splendide, il y a des lumières et nous constatons qu'effectivement cette partie est bien plus touristique. Sur l'île, nous nous arrêtons un moment profiter d'un peu d'ombre et de discuter avec d'autres gens. Nous rencontrons un couple d'australien, aussi à vélo mais qui font Uyuni - l'île aller-retour. Nous retrouvons aussi un couple de lausannois que nous avions croisé sur le chemin de Santa Cruz dans la cordillère blanche au Pérou. Finalement nous faisons une pause bien plus longue, mais plus agréable, que prévu. En fin de journée le vent se lève et nous avançons très péniblement à la recherche d'un endroit un peu abrité en dehors du Salar. Nous en trouvons un juste avant la nuit, au bord de la route.

Nous pensons avoir un jour facile pour rejoindre San Juan, 45 kilomètres tout plat. Parfois, nous oublions qu'il n'y a pas de jour facile, un chemin de sable a vite fait de nous le rappeler, nous devons pousser le vélo sur plusieurs kilomètres. Nous arrivons finalement à San Juan en ayant fait le double du temps qu'espéré. Nous trouvons un charmant (et pas cher) hôtel de sel. Nous en profitons pour nous reposer, enlever le sel du vélo et bien nous préparer pour les jours suivants, car il n'y a plus de magasins jusqu'au Chili, soit plus de 300 kilomètres.

Le premier jour est assez facile, tout plat sur un terrain de sable mélangé à du sel donc assez dur mais dès le début d'après-midi le vent se lève, très fort, tournoyant et rarement de dos. Ensuite les choses sérieuses commencent, la route (oubliez les routes asphaltées en Bolivie, à part les axes principaux) est assez bonne mais la pente bien raide. La vue sur les différents volcans qui forment la frontière avec le Chili est particulièrement impressionnante. Nous espérions pouvoir passer la nuit à la Laguna Cañapa mais une crevaison nous force à trouver un abri afin de faire les réparations, manger et passer la nuit. Nous passons enfin vers les lagunes (Cañapa, Hedionda, Negra et Honda). C'est impressionnant de voir ces surfaces d'eau avec de grandes parties blanches de sel (on dirait la banquise) et pleines de flamants roses qui cancanent. Il y a aussi de plus en plus de touristes et de jeeps qui nous dépassent à vive allure et nous envoient plein de poussière. Malheureusement les guide ne respectent pas beaucoup la nature, alors qu'ils devraient rester sur la piste principale, ils préfèrent rouler au milieu du désert. Les plaines n'ont plus aucune végétation mais des traces de jeeps partout. Les journées sont très éprouvantes et nous devons passablement pousser le vélo sur les routes de sable.

Les journées sont très chaudes, les nuits très froides (dont certaines avec la surprise d'avoir nos bouteilles d'eau gelées le matin: heureusement, nous avons un thermos d'eau chaude pour le petit déjeuner) et nous avons rendez-vous avec le vent tous les jours dès midi (même que chaque jour qui passe il vient un peu plus tôt), il est violent, de face et glacial.

A la laguna Colorada à l'entrée de la Reserva Nacional de Fauna Andina Eduardo Avaroa le vent est tellement violent que nous décidons de dormir au refuge. Lors d'une petite ballade nous sommes obligés de nous emballer dans nos habits pour ne pas être fouettés par le sable. Nous allons quand même jusqu'au mirador afin d'admirer cette lagune rouge pleine de flamants roses. Depuis là, la route est nettement meilleure, mais elle monte beaucoup et pour changer, nous devons pousser (on commence à être habitués). Nous dormons à plus de 4800 mètres d'altitude dans un cayon à l'abri du vent et à côté d'un champ de pics de glace. Dès le soleil couché, il fait glacial, avec le vent qui ne s'arrête pas, et c'est avec toutes nos couches (Sacs de couchages, doudoune, bonnet) que nous arrivons à ne pas avoir trop froid durant la nuit. Le matin, nous attendons les premiers rayons de soleil qui réchauffent la tente pour nous lever.

Nous passons ensuite notre plus haut col à vélo, 4926 mètres d'altitude (notre corps s'est un peu habitué, et nous avons maintenant un peu moins de peine à respirer lors d'un effort, même si nous devons toujours faire attention lorsque nous mangeons ou parlons). Nous descendons voir des geysers, puis remontons sur la route principale et redescendons vers la laguna de Chalviri. Là nous pouvons mettre notre tente près d'un restaurant et à l'abri du vent à côté de la jeep de Gabi et Marco (un couple de suisses allemands rencontrés un peu plus tôt en chemin). Au moment du souper, comme ils ont trop de viande (et qu'il est interdit d'entrer au Chili avec des produits frais) nous pouvons agrémenter notre plat de pâtes par un bon filet mignon et un verre de vin (mhmmmm c'est agréable! Et ça change des pâtes à la sauce tomates que nous mangeons depuis bientôt deux semaines). Nous profitons aussi des bains chauds, ce qui n'est pas non plus négligeable après 6 jours sans douches. Le lendemain matin nous nous levons pour assister au lever de soleil sur la lagune et retourner dans l'eau chaude avant qu'une foule de touristes ne débarque. C'est un moment magique que nous vivons, avec la vue sur les flamants roses dans la brume de l'eau chaude et du soleil levant.

Nous nous dirigeons ensuite vers les laguna blanca et laguna verde, Tessalia pédale comme jamais car il parait que la laguna est verte seulement de 11h à 15h. Nous la verrons plus turquoise que verte, mais c'est magnifique avec le volcan Licancabur en fond. A nouveau, impossible de camper vers la lagune à cause du vent, nous allons jusqu'au refuge le plus proche. Nous apprenons qu'il est interdit de camper dans le parc (chose que nous avons faite…tous ces derniers jours!) donc ils nous proposent très gentiment de mettre notre tente dans une pièce de l'hôtel. C'est bien volontiers que l'on accepte.

Dernier jour en Bolivie, petite montée jusqu'à la douane, au milieu de rien, mais avec tout plein de jeeps qui emmènent les gens de Bolivie au Chili, ou bien vont récupérer les gens qui viennent du Chili et de bus qui font l'inverse. On est bien content de se débarrasser de tous ces touristes et de ce trafic, à la fin, on commençait à en avoir assez de manger la poussière qu'ils remuent.

La Bolivie nous laisse un magnifique souvenir: autant c'était vraiment dur sur les routes caillouteuses avec notre vélo, et de vivre en presque autonomie, mais nous y avons découvert des paysages sauvages et merveilleux, et des gens très souriant et aimables (sauf une fois derrière un volant), malgré ce que l'on nous avait dit C'était vraiment très beau à découvrir.

Vidéo de la Bolivie
Photos de la Bolivie

 

Pérou Sud

Nous quittons Huaraz pour rejoindre Cusco, en bus, le temps nous étant un peu compté (pis bon, on est aussi un peu flémard, y'a beaucoup de montées!). Malheureusement, nos voyages en bus sont presque plus mouvementés qu'à vélo. Vers 5 heure du matin nous sommes réveillés par le bus qui se balance de gauche à droite, puis s'immobilise, mais bien penché. Il fait nuit, nous ne voyons rien, et aucune instruction du chauffeur… nous finissons par faire comme tout le monde et sortons du bus voir ce qu'il se passe! Le bus est coincé dans la rigole sur le côté gauche de la route, et est penché à quelques cm de la falaise. Heureusement, car à droite, c'était le ravin. Nous sommes tous sur le bord de la route, au froid, à attendre ce qu'il va se passer. Au bout d'une heure, une dépanneuse arrive et sort le bus sans trop de soucis et nous pouvons repartir. A aucun moment il y a eu une information ni excuse de la part du chauffeur ou membre de l'équipage. Nous pouvons finalement reprendre notre route vers Cusco où nous arriverons après 26 heures, au lieu des 18 prévues.

Nous passerons juste deux jours à Cusco afin de visiter la ville (très belle) et de se plonger parmi tous les touristes (trop de touristes!). Nous reprenons enfin le vélo pour rejoindre Ollantaytambo, petite ville bien sympathique et agréable, car pour la plupart piétonne, d'où nous partons pour Machu Picchu pueblo. Après 5 h de bus, puis 2 heures de marche le long de la voie ferrée, nous atteignons Machu Picchu pueblo (ou Aguas Calientes), village accessible seulement en train ou à pied, posé là pour les touristes qui vont au Machu Picchu. Tout y est 2, 3 voire 5 fois plus cher qu'ailleurs. Pour aller voir le Machu Picchu nous nous réveillons à 4 heure pour être à 4 heure et demi à attendre le bus. La file d'attente est déjà énorme et remonte toute la rue du village. Ne nous demandez pas comment nous avons fait mais nous nous sommes retrouvés dans le troisième bus qui montait au site. Là nous étions dans les premiers à entrer, ce qui est vraiment bien plus beau sans tout ce monde (5000 personnes par jour). Nous passons une bonne partie de la journée dans le site, entre la montaña et les ruines. C'est très touristique, mais impossible de passer à côté sans le visiter. Nous sommes bien content de l'avoir vu et de le quitter, en train cette fois, direction Ollantaytambo.

Nous retrouvons notre vélo et remontons le Rio Urubamba le long de la vallée sacrée. Nous nous arrêtons à Checacupe pour aller voir la montagne des sept couleurs. Nous nous levons de nouveau à 4 heure du matin et attendons un bus qui pourrait nous y emmener. Après plus d'une heure et demi d'attente au froid, un pick-up passe enfin et nous y amène. Nous sommes à nouveau dans les premiers à entrer dans le site. Une marche d'une heure à travers une belle vallée pleine de couleurs, vertes, rouges, grises, blanches, … nous emmène à 5030 mètres, sur un mirador afin d'admirer la fameuse montagne. Le temps change très rapidement, parfois nous la voyons parfaitement et juste après il n'y a que du brouillard, puis de la neige. Nous sommes contents d'être dans les premiers car quand nous repartons il y a une colonne de touriste qui monte. Petite anecdote: nous arrivons à notre hôtel vers 4 heure de l'après-midi, tout est fermé. Nous cherchons les propriétaires sans résultat, nous demandons aux voisins qui nous rassurent en nous disant qu'ils ne vont pas tarder à rentrer. Après 2 heures d'attente nous cherchons un peu plus et trouvons quelqu'un qui a le numéro de téléphone de la fille des propriétaires. Il l'appelle et nous dit qu'ils vont rentrer dans une demi-heure. Deux heures plus tard, ils arrivent enfin pour nous ouvrir la porte, avec à peine un mot d'excuse. A 20 heure nous pouvons enfin nous reposer de cette belle et fatigante journée.

Nous continuons le long de la vallée sacrée jusqu'à atteindre notre plus haut col à vélo: Abra la Raya, à 4338 mètres, le col en soit n'est pas dur, mais dès les 4000 mètres nous ressentons qu'il est plus difficile de respirer.

Là nous rencontrons Alem, un argentin partit de Lima et qui retourne chez lui. Nous descendons vers le lac Titicaca avec lui. A Juliaca nous nous arrêtons dans la casa de ciclista de Giovanni, c'est génial de rencontrer d'autres cyclistes et de partager nos expériences. Il y a là un chilien, un catalan, une équatorienne, un brésilien, deux français, Alem et nous.

A Puno, au bord du lac Titicaca nous retrouvons Dani (le catalan) et Patricia (l'équatorienne) nous allons visiter les îles flottantes des Uros sur le lac. Intéressant de voir la façon dont ils construisaient ces îles, et comment ils vivent là-bas. Nous fêtons aussi l'anniversaire de Benoit en faisant du pédalo (en forme de cygne) sur le lac Titicaca, ça change du vélo. La route qui nous mène en Bolivie longe le lac donc est assez plate mais nous avons un petit vent de face qui mine de rien nous embête beaucoup.

Cette deuxième partie du Pérou nous a laissé pleins de beaux souvenirs, et clôt majestueusement notre aventure au Pérou! Nous entrons déjà en Bolivie, 4ème pays de notre aventure en Amérique du Sud (déjà!).

Vidéo du Sud du Pérou
Photos du Pérou

Pérou Nord

Le passage de la douane péruvienne se passe sans encombre, le douanier nous octroyant 100 jours. Nos premiers coups de pédales au Pérou sont un vrai plaisir, la route étant asphaltée! Il y a de grandes montées, mais les pentes sont nettement plus "suave" (douces) qu'en Equateur. Nous savons que nous sommes au Pérou, il y a des mototaxis partout ici. Benoît est content, après trois jours, nous nous sommes déjà fait invités deux fois à partager une bière avec des péruviens. Ici, il y a un rituel pour boire la bière: ils ont une grande (voir plusieurs) bouteille et un seul petit verre qu'ils boivent, puis transmettent à la personne à leur gauche.

Sur la route qui nous emmène de San Ignacio à Jaen nous sommes très surpris de nous retrouver entourés de rizières, on se croirait presque en Asie. Il fait chaud en plus, quel plaisir! A Jaen nous profitons d'un hôte warmshowers qui a un magasin de vélo pour bien réparer le vélo (encore!). Nous changeons complètement la roue arrière car elle commence à se fissurer autour des rayons. Il nous mettra aussi de nouveaux rayons, mais apparemment, ils n'avaient pas de rayons de très bonne qualité, mais nous ne le constaterons seulement par après. Nous changeons aussi les plateaux et passons d'un 26/36/48 à un 22/32/42 qui devraient nous aider à passer les Andes un peu plus facilement. Nous quittons Jaen par l'Ouest, dans les montagnes, alors qu'initialement nous pensions rejoindre la côte. Suite à diverses discutions qui nous mettaient en garde contre l'insécurité et la dangerosité de la Panamerica Norte. Nous ne le regrettons pas. (enfin...la plupart du temps)

Suite au conseil du Warmshower, nous passons par un "raccourcis" qui nous fait prendre une petite barque au-dessus d'un rio, puis pousser (à 3!) le vélo dans 30 cm d'eau… toute une aventure! Nous passons une première nuit de camping au Perou au bord de la lagune de Burlan, quel bonheur de profiter du lever de soleil sur l'étang et de la vue sur les montagnes. Le jour suivant nous longeons et remontons le rio Utcubamba dans un canyon. C'est entouré de roches et de montagnes abruptes que nous arrivons à Pedro Ruiz.

Nous nous accordons une journée sans vélo pour aller voir la Catarata de Gocta qui était pendant longtemps la troisième plus haute cascade du monde avec ses 771 mètres de haut, jusqu'à ce qu'ils découvrent, il y a quelques années, qu'il y en avait une encore plus haute un peu loin. Quatre heures de marche dans la forêt amazonienne pour admirer cette énorme chute d'eau. Au retour nous avons eu droit à un déluge sur nos têtes. C'est complètement trempé (et congelés) que nous rentrons de notre petite expédition. Le soir nous retrouvons Nyle, Andrea (le couple canado-allemand rencontrés à Tumbaco) et Julien (un cyclo voyageur de Lille) afin de souper tous ensemble. Le lendemain nous partageons la route avec Julien jusqu'à Nuevo Tingo, c'est très agréable de pédaler à nouveau avec quelqu'un d'autre (ça faisait longtemps). Nous visitons les ruines de Kuelap (où nous prenons une télécabine pour y arriver), site Inca où nous pouvons découvrir leur façon de vivre. Mais à vrai dire nous profitons surtout du splendide panorama que nous offre ce belvédère. Le soir nous mangeons à nouveau tous ensemble Nyle et Andrea nous ayant rejoint.

C'est toujours en compagnie de Julien que nous continuons à remonter le canyon et commençons à attaquer des pentes un peu plus raides. C'est dans la montée en direction de col Calla Calla que le moyeu de notre roue arrière se bloque, nous pouvons encore avancer mais nous ne pouvons plus nous arrêter de pédaler, pas idéal à la descente. Alors que nous regardons ce que nous pouvons faire, une famille qui habite juste au bord de la route nous demande si nous voulons passer la nuit chez eux. Il se fait tard, et nous acceptons avec plaisir. Nous posons nos tentes au rez-de-chaussée de leur maison. Alors que nous nous apprêtons à nous faire à manger, ils nous demandent ce que nous faisons. Hors de questions que nous nous fassions à manger, ils nous invitent à partager la soupe et le café avec du pain. Quel moment intense vécu à ce moment, à 9 dans une toute petite cuisine sans eau courante juste deux plaques à gaz, un feu pour chauffer les aliments. Les chiens, chats et poules qui viennent tenter de trouver un peu de nourriture qui trainerait. Ils nous posent tout plein de questions parfois très surprenantes et parfois très banales. Nous ne savons pas qui sont les plus intrigués, eux qui ne savent même pas où est la Suisse et vaguement l'Europe ou nous de se retrouver dans ce lieu improbable. Le lendemain, ils nous invitent à nouveau à partager la soupe avec eux (oui les repas à la campagne ne sont pas très variés). Un très beau moment de partage avec cette famille!

C'est à contrecœur que nous décidons de faire du stop pour relier au plus vite Cajamarca et réparer (encore) le vélo. Il n'y pas beaucoup de voitures qui passent par-là, au bout d'une heure d'attente infructueuse nous décidons d'attaquer le reste de la montée à vélo et c'est à ce moment qu'une grosse jeep passe, c'est un jeune couple américano-péruvien qui va justement à Cajamarca. Quelle chance nous sommes bien confortablement assis à l'arrière pour contempler les 15km de montée qu'il nous restait puis les 60km de descente avec des paysages à couper le souffle puis encore 50km de montée puis encore 100km jusqu'à Cajamarca. C'est un peu frustrant de rater ces beaux paysages, et Tessalia propose même de revenir le faire à vélo. Mais finalement nous sommes aussi contents d'avoir passé tous ces obstacles bien facilement. Nous trouvons (par chance) un atelier de réparation de vélo (nous n'avons pas trouvé de magasin de vélo à proprement dit) mais ils ont pu réparer notre roue, c'est tout ce qui compte. Nous profitons aussi de visiter la ville qui n'est pas spécialement jolie mais très agréable (il y a surtout de bonnes boulangeries!). Nous allons aussi prendre un bon bain chaud à Baños del Inca. C'était assez surprenant, en fait c'est de petites pièces privatives avec une baignoire et elle est à notre disposition pour 40 minutes. L'eau est bouillante, ça fait du bien de se faire du bien. Le soir nous retrouvons aussi Julien pour un dernier souper ensemble, lui partira faire du surf sur la côte et nous continuons dans les montagnes.

Les montagnes offrent des paysages somptueux, mais vers les 3000 mètres il n'y fait pas toujours très chaud. Nous quittons les routes goudronnées pour emprunter des routes de terre, en général en bon état, quoi que... Après un col à plus de 3500 mètres c'est gentiment la fin de la journée, il ne fait pas chaud et en plus il commence à pleuvoir. Nous apercevons un couvert au bord de la route, demandons à la paysanne si nous pouvons y mettre notre tente afin de passer la nuit un peu à l'abri de la pluie et du vent. Elle accepte très volontiers, un peu plus tard ses enfants viennent nous chercher pour partager la soupe avec eux. Nous nous retrouvons dans une toute petite cuisine sans électricité, elle cuisine uniquement au feu de bois, la pièce est enfumée. Ici, il y a aussi chiens, chats et poules mais en plus les cochons d'inde qui se faufilent entre les meubles et récupèrent les maïs qui trainent par terre. Nous partageons le repas avec tous ces gens, il n'y a pas beaucoup de paroles mais l'instant est très fort (en tout cas pour nous). Nous sommes désolés, nous n'avons pas pris de photos des gens où des endroits chez les habitants, il ne nous semblait pas approprié de sortir nos téléphones ou appareil photo dans ces moment-là. Au moment de partir un des adolescents nous demande quand même notre Facebook. Ils ont juste un petit panneau solaire, mais ils ont quand même presque tous un smartphone et sont connectés.

Nous avions prévu une journée tranquille afin d'arriver assez tôt à Cachicadan où il y a aussi de l'eau thermale. Malgré la route principale fermée et le fait que nous devons emprunter une route en moins bon état et beaucoup plus vallonnée que la principale finalement nous n'arrivons pas trop tard (mais trempés et gelés) à destination. Nous trouvons un petit hôtel avec baignoire thermale dans la chambre. Ne vous faites pas trop d'illusion nous n'avons pas soudainement la grande vie. Il s'agit d'une toute petite chambre avec juste la place pour le lit, la baignoire (un bac carrelé) et les toilettes, mais c'est chouette. Le matin nous allons un voir un artisan qui manie la fibre de verre pour réparer le pied de la remorque, qui a beaucoup souffert après la chute, l'accident, les gens qui s'assoient sur le vélo ou les enfants qui se couchent sur la remorque. Il recolle le pied et répare même d'autre fissures, impossible de l'arrêter. Au moment de partir nous lui demandons combien nous lui devons mais il ne veut rien, impossible de lui donner quoi que ce soit, il veut juste que nous puissions continuer notre aventure.

Nous serpentons le long de routes en terre entourés de paysages magnifiques. C'est très agréable de rouler dans ce coin de pays. Arrivé à Mollepata nous retrouvons enfin une route goudronnée (après 4 jours). Si elle est goudronnée c'est parce que c'est raide. Nous descendons 1500 mètres et remontons 1500 mètres juste après. Nous nous arrêtons presque à chaque virage pour prendre des photos tellement les paysages sont beaux. Nous descendons ensuite dans un canyon. Les paysages son arides, faits de pierre et de cactus. Ça change vraiment de ce qu'on avait eu avant, mais c'est magnifique. Arrivés peu avant le Canyon del Pato, nous cherchons un endroit où mettre notre tente pour passer la nuit. Nous avons 6 rayons de cassés, donc nous poussons notre vélo, mais à peine avons-nous commencé à pousser qu'un pick-up s'arrête et nous propose de nous emmener jusqu'à Caraz. C'est finalement cheveux au vent et debout derrière un pick-up que nous verrons le Canyon del Pato. Enfin juste le début car à la fin nous le traverserons de nuit.

Caraz se situe entre la cordillère blanche et la cordillère noire. Nous laissons donc le vélo quelques jours pour aller marcher. Nous louons un sac à dos et partons 4 jours faire la Quebrada Santa Cruz, une randonnée qui nous emmènera au milieu de la cordillère blanche, dans le parc du Huascaran. Quel changement de se retrouver encerclés de montagnes enneigées. Le deuxième jour, nous passons le col de Punta Union, à 4750 mètres. Les derniers pas se font plus durs, l'altitude se faisant sentir et nos sacs sont lourds avec tout le matériel et la nourriture. Mais le paysage que nous avons depuis là-haut est à couper le souffle et vaut vraiment la peine! Pour une fois c'est presque agréable de se lever la nuit pour aller faire pipi, le ciel est sans nuages, les glaciers réfléchissent avec la lune même pas pleine et nous pouvons admirer la voie lactée. La reprise du vélo est assez dure, les muscles se font sentir après toute cette marche. La route pour Huaraz offre de très beaux paysages sur la cordillère blanche malheureusement il n'y a pas d'accotement et le trafic est dense. En ville, même petite ce n'est vraiment pas agréable de rouler, les chauffeurs ne font pas vraiment attention à nous et klaxonnent tout le temps. Nous passons deux jours à Huaraz puis embarquons dans un bus pour Cusco. Nous nous rendons compte que si nous voulons arriver pour fin février à Ushuaia il faut que nous nous dépêchions un peu. Enfin, nous avons pris le choix de prendre le bus de temps en temps (là où l'on nous a dit que c'était moins beau ou vallonné) et de choisir les endroits qui nous semblent plus intéressants et prendre le temps de profiter.

Vidéo du Nord du Pérou
Photos du Nord du Pérou

Equateur

Passage de la frontière sans encombre, avec juste un peu d'attente des deux côtés, mais ça passe relativement vite car nous sommes toujours submergés de questions par les autres voyageurs.

Bienvenidos en Ecuador et ses côtes escarpées: à peine entré en Equateur que nous faisons leurs connaissances! Mais les paysages rendent le voyage agréable, la pause photo étant toujours une excuse agréable pour se reposer. Nous passons notre première nuit chez les pompiers de San Gabriel. Même pas besoin de leur demander l'hospitalité: à peine ils nous voient, ils nous souhaitent la bienvenue et nous montrent où nous pouvons dormir. Nous passons la nuit avec un colombien venu de Bogota. Pour la suite nous vous épargnons les montées jusqu'à Ibarra, où nous sommes accueillis chez la maman d'un ami de notre hôte à Pasto (en Colombie). Nous sommes si bien que nous y restons deux jours, Benoît étant aussi très fatigué (pour une fois que c'est lui).

Nous évitons enfin la Panamerica et en récompense de nos efforts le Cayambe se dévoile (un peu) à nous. C'est bizarre de voir une montagne enneigée ici quasi sur la ligne de l'équateur. Il y a beaucoup de vent et l'air est très frais. Nous passons la "mitad del mundo", ligne de l'équateur, où nous nous arrêtons un bon moment afin de prendre tout plein de photos. Benoît est tout content d'avoir pu enregistrer sa position avec la coordonnée Nord 00°00.0000' (un truc de géomètre). Etonnamment ce passage symbolique nous fait moins d'effet que le Canal de Panama, mais c'est drôle quand même.

Proche de Quito nous passons quelques jours à la casa de ciclista de Santiago, c'est un chouette endroit où nous nous retrouvons avec pleins d'autres cyclistes (des colombiens, des basques, un canadien, une allemande, un brésilien et une polonaise). Nous en profitons pour réviser et nettoyer le vélo, aller visiter Quito (en bus). Nous repoussons notre départ d'un jour car on nous propose un dîner sushi le lendemain. (Enfin, c'était pour 13h, puis toutes les 5 minutes ils nous disaient c'est prêt dans 5 minutes, finalement nous avons "dîné" à 17h!) Le soir nous avons été invité chez un chilien à boire un alcool de cane (très fort) et manger du bon guacamole autour du feu. C'est des moments comme ça entre autre qui nous font aimer ce voyage!

Nous arrivons enfin à partir de la casa de ciclista et nous nous dirigeons vers le volcan Cotopaxi, première nuit à mi-chemin, nous demandons à un paysan si nous pouvons mettre notre tente dans son champ. Il accepte et nous propose même un très bel endroit sur un rocher avec vue sur une cascade. La "vraie" montée vers le Cotopaxi, le lendemain, est extrêmement dure pour nous. C'est une route de cailloux très raide, pas facile de garder l'équilibre, et nous devons souvent pousser. De plus, le vent s'est levé, et il commence à faire froid (7° au soleil, glacial dès que celui-ci s'est couché) Mais à chaque fois, la vue sur le volcan nous aide à surmonter ces difficultés. Nous passons la nuit au pied du volcan à 3'800 mètres, avec vue sur la lagune, tout seuls au milieu d'un immense champ. C'est vraiment pour des endroits comme celui-là que nous aimons notre voyage. Au petit matin la brume nous encercle, nous allons marcher un peu au bord de la lagune en espérant que les nuages se dissiperons. A midi, notre vœu a été exaucé, le Cotopaxi se dévoile à nouveau à nous, quel spectacle!

Les jours suivant ne sont que de la descente (enfin presque) jusqu'à Baños, petite ville touristique entre des falaises, avec vue sur rivière et volcan. Pour nous reposer du vélo nous faisons 6 heures de marche pour aller faire de la balançoire dans le vide à la casa de arbol, pas très reposant en fait (surtout le lendemain, où les muscles se font sentir à chaque coup de pédale). Nous descendons ensuite vers la selva (la partie de forêt amazonienne de l'Equateur), où nous retrouvons un peu les paysages de forêt tropicale humide que nous avions au Costa Rica et Panama. L'humidité et la pluie sont aussi au rendez-vous. Nous nous arrêterons un jour à Macas pour essayer de faire sécher nos affaires, en vain. A Limon nous décidons de prendre un bus pour Cuenca, car nous avons entendu que la ville vaut la peine d'être visitée et comme notre frein arrière nous a à nouveau lâché, c'est une bonne raison de quitter les pluies de l'Amazonie.

Notre voyage en bus ne fut pas de tout repos. Il était censé durer environ 3 heures mais après 2 heures de virages, de montées de descentes et de route pas goudronnée nous nous arrêtons. Nous allons tous, un peu surpris, voir ce qu'il se passe. La route est fermée en raison d'un éboulement. Nous voyons la roche s'effriter et les cailloux tomber, c'est impressionnant. Notre chauffeur décide d'attendre que ça se calme pour espérer passer. Après 5 heures d'attente, il se décide à faire demi-tour. Deux heures pour retourner à Limon et 5 heures de trajet par l'autre route. Après 14h de "trajet", nous arrivons enfin à 23h30 à Cuenca. Ce fut une longue journée, mais c'est toujours mieux que de finir au fond d'un ravin ou assommé par une pierre. (et c'était une expérience impressionnante!)

Nous avons donc pu enfin visiter Cuenca qui effectivement est une très belle ville, et acheter le matériel afin d'essayer de réparer notre frein.

C'est avec deux freins qui marchent (plus ou moins) que nous repartons vers le sud. Le frein se comporte quand même toujours bizarrement: lorsque nous sommes en altitude (vers les 3000m) il fonctionne normalement et quand nous sommes plus bas (vers les 1500m) il ne fonctionne plus. Nous ferons quand même quatre jours comme ça. Nous voulions quitter l'Amazonie et sa pluie nous nous retrouvons dans les montagnes et… sous la pluie, en plus de ça il fait froid. (Vraiment froid! On a même ressorti les gros gants et la cagoule) C'est bien dommage, car les paysages semblent vraiment beau! Nous passons une nuit dans la salle communale d'un tout petit village (quatre murs un toit et la porte et les fenêtres qui laissent passer l'air) mais au moins nous sommes à l'abri. Pas facile de repartir le matin quand il fait froid et qu'il faut remettre les habits tout mouillés. Nous arrivons le soir dans un petit village qui nous plait tout de suite beaucoup: ici, c'est un mélange de cultures, entre la campagne (où les personnes parlent quechua et sont habillés traditionnellement) et la ville (où ils sont habillés à "l'occidentale" et parlent espagnol). Et cela sans distinction d'âge.

Ensuite nous arrivons à Loja par une jolie petite route de terre, pas encore complètement sèche. C'est beau, nous longerons une rivière au fond d'une vallée. A Loja nous sommes accueilli par des hôtes warmshowers géniaux et nous pouvons enfin nous reposer, laver nos habits et réparer définitivement le frein. Nous avons dû acheter une nouvelle poignée car en fait la pompe de l'hydraulique était cassée, ça fait mal au porte-monnaie mais toujours moins mal qu'une descente sans freins (après 2 mois à avoir des problèmes, ça commence à bien faire!)

De Loja nous allons à Vilcabamba, village très touristique où nous retrouvons la chaleur et le sec. Ici, ça fait plusieurs mois qu'il n'a pas plu. Dans un petit camping nous rencontrons un couple de français qui remontent de la Patagonie en jeep. C'est sympa de partager les expériences de voyage des uns et des autres, et ça donne plein d'envies pour la suite!

Nous quittons Vilcabamba pour nos derniers jours en Equateur. C'est agréable nous roulons en pleine nature, et pour le premier août nous trouvons un bel endroit avec une superbe vue sur les montagnes, juste le temps de monter la tente, faire à manger et admirer le coucher de soleil puis le ciel étoilé. Magnifique! Nous croyons avoir fait beaucoup de montées, mais ce n'était rien comparé au jours suivants! Nous avons juste besoin de la petite vitesse et des freins car il n'y a que deux options soit ça monte (raide), soit ça descend (raide) il n'y a pas d'entre deux. Pour couronner le tout, les 50 derniers kilomètres avant la frontière ne sont pas goudronnés. Nous passons notre dernière nuit en Equateur à Zumba, où nous demandons à la police où nous pourrions passer la nuit en sécurité (car il y a beaucoup de monde en ville, il y a une manifestation sportive). Ils nous proposent spontanément une chambre, dans la gare routière car ils possèdent un poste là-bas qu'ils n'utilisent pas. Dernier jour en Equateur, 25 kilomètres nous séparent de la frontière, au petit matin il pleuvine, la piste à la descente est une patinoire il faut vraiment descendre très lentement. A la montée il nous faut parfois pousser, nos roues sont pleines de boue, nos chaussures aussi, pas facile d'avancer. Heureusement après la première bosse le soleil revient, sèche la route et notre vélo. Mais les pentes sont tellement raide que nous passons plus de temps à pousser qu'à pédaler (vive le vélo!).

Nous arrivons enfin à la frontière, le poste de douane est vide, et nous cherchons les douaniers. Après quelques recherches nous les trouvons en train de jouer au volley. Nous devons attendre (environ 1 heure) qu'ils terminent leur partie afin de traverser le pont qui nous sépare du Pérou.

Ouf, enfin arrivés! Qu'est-ce que c'était dur l'Equateur, mais un pays magnifique, plein de surprises!

Vidéo de l'Equateur
Photos de l'Equateur

 

On a aimé

  • Les glaces
  • Les paysages
  • Les douches chaudes

On a moins aimé

  • Les chiens
  • Les chiens
  • Les chiens

On a été surpris

  • Les odeurs d'eucalyptus
  • Les papillons

Colombie

Nous arrivons de nuit en voilier dans le port de Carthagène, l'air est frais, les immeubles et les étoiles illuminent la nuit. Nous dormons une dernière fois sur le bateau. Au petit matin nous débarquons et nous allons nous installer dans un petit hostel avec certains de nos compagnons de voyage (2 Delphine françaises ainsi que Fabian et Salomé un couple zurichois). Le soir nous nous retrouvons toute l'équipe du bateau pour récupérer nos passeports et passer une dernière soirée ensemble. Nous visitons Carthagène, ville très agréable, très propre et très touristique. Vu l'excellente ambiance sur le bateau, nous nous retrouvons encore une fois tous pour un après-midi atelier chocolat (ça ne vaut pas le suisse). Le centre-ville, très colonial est magnifique et plein de petites boutiques et de restaurants comme Tessalia les aiment. Nous retrouvons aussi des vendeurs de rues, avec des arepas, des brochettes, et du chorizo. Mmm… Les rues s'animent la nuit, et nous admirons les différentes démonstrations de danse et les cours de zumba sur la place publique. C'est presque à regret que nous quittons cet endroit (magnifique, mais très cher aussi). Nous reprenons donc enfin notre vélo et quittons Carthagène, et nous découvrons là une toute autre facette de la ville. Nous avions vu le coté propre, coloré et animé et à mesure que nous nous éloignons, nous traversons des quartiers beaucoup plus pauvres et sales, jusqu'à arriver sur des chemins de terre et des gens vivant dans de petites maisons en bois. La différence entre ces deux mondes est vraiment impressionnante, et nous a presque choqué. Mais nous sommes heureux d'avoir pu voir ce que l'on n'aurait surement pas vu en prenant un bus.

Une fois sur la grande route c'est des kilomètres de route plate avec un bel accotement et un trafic assez calme. Nous retrouvons les plans de bananiers, par contre la chaleur et l'humidité nous sont extrêmement pénible. Nos corps souffrent passablement et nous essayons d'écourter les journées. Ici, nous sommes heureux de pouvoir prendre des douches froides!

Nous sommes accueillis chez un colombien, et sur la route qui mène à sa finca (ferme) nous lui demandons si la région est dangereuse. Il nous répond que nous n'avons absolument rien à craindre la région est super calme nous dit-il, mais il se promène avec un pistolet sur le tableau de bord (nous avons préféré ne pas demander plus...).

A Apartado, en quittant la côte Atlantique, nous sommes accueillis par un ami d'un warmshower qui ne pouvait nous accueillir. Mais quel accueil! Il possède un restaurant Argentin, donc pour le premier soir il nous invite à manger là-bas (comme les jours suivants d'ailleurs) (Miam! Tessalia en a même oublié qu'elle ne mangeait pas beaucoup de viande!). Il nous présente à un ami cycliste, et ils nous font visiter la ville et nous emmènent partout avec eux. Notre séjour dans cette petite ville fut vraiment très agréable. Afin d'éviter quelques belles montées et comme nous sommes un peu en retard sur notre planning (et parce que l'on fait ce que l'on veut) nous prenons le bus pour rejoindre Medellin.

Nous passons beaucoup plus de temps que prévu à Medellin car il y a vraiment beaucoup de chose à découvrir dans celle très belle et sympathique ville, qui contredit la mauvaise réputation qu'elle pourrait avoir. C'est la seule ville de Colombie à avoir un métro, les "medellinois" en sont très fier, donc il n'y a pas un déchet qui traîne, pas de graffitis ni de vitre ou de siège rayé. L'artiste Botero vient de Medellin donc il y a beaucoup de statues à travers la ville. Les autorités essayent de rendre les espaces publiques les plus conviviaux possible et ça marche dans les parcs toutes les classes sociales et tous les âges sont mélangés (les vendeurs de drogue sont à côté des personnes âgées qui jouent aux échecs, et des enfants qui font du vélo, tout ça à côté du poste de police…). Un élément surprenant, les prostituées se trouvent toujours à proximité d'une église, pour pouvoir se confesser au plus vite parait-il. Nous nous essayons même à sortir pour aller boire un verre. Ici, les voyageurs et les locaux se mélangent, au rythme du reggaeton.

Nous quittons Medellin un dimanche matin, et bien nous en a pris car tous les dimanches de 8 heure du matin jusqu'à midi, l'autoroute qui traverse la ville est fermée au trafic pour les cyclistes, rollers et autres joggeurs. Nous croisons des milliers voir plus, de cyclistes même des dizaines de kilomètres plus loin. A midi nous nous arrêtons à un restaurant au bord de la route et en voulant payer, le patron nous dit que c'est offert et nous donne encore deux bouteilles de boissons énergisante et des pâtes de fruits. Dans cette région montagneuse les gens apprécient vraiment beaucoup les cyclistes, pendant une semaine nous recevons chaque jour un cadeau. Des porte-clés en cuir, des fruits, des pâtisseries, on a même voulu nous donner 10'000 pesos (3 francs ou 5 bières) mais nous nous sommes promis de na pas accepter d'argent. La route pour Cali est relativement plate (après les montées) avec quelques averses qui nous surprennent de temps en temps, mais de magnifiques paysages plein de plantations de café.

A Cali nous sommes accueilli chez la famille, des amis d'un ami à Benoît. Nous sommes toujours autant surpris de l'accueil chaleureux que nous recevons à chaque fois. Nous profitons de leur douche chaude, de la piscine et du bain turc. Ils prennent congé afin de nous faire visiter et faire gouter les spécialités de leur ville. Cali est la capitale de la salsa mais malheureusement les spectacles sont plutôt le week-end et nous y sommes en semaine.

Ensuite les choses sérieuses commencent, nous abordons la cordière des Andes avec ses grandes descentes et loooooonnnnngues montées mais surtout, ces paysages spectaculaires!

Notre frein arrière nous joue quelques tours, et après nous avoir lâché au Guatemala lors d'une descente, voilà qu'il freine trop à la montée. (On ne s'en est rendu compte qu'après quelques heures de vélo… dur dur!) Du coup, on s'est mis ensemble à la mécanique… sans succès. Puis un mécano d'une équipe locale de cyclisme, rencontré dans un restaurant, s'y est mis aussi… toujours pas concluant. Nous avons par contre remarqué que lorsqu'il fait froid, ça remarche, miraculeusement! On ne devrait donc plus avoir trop de soucis… pour le moment.

Après 5 jours de grimpe, à plus de 1'000 m de dénivelés chaque jours (mais on a passé seulement de 1'500m à 2'500m..c'est frustrant!) et des paysages incroyables, nous arrivons à Pasto, où nous nous reposons quelques jours, partageant anecdotes sur le voyages et moment sympa avec nos hôtes. Nous sortons même danser, et buvons le traditionnel Aguardiente (semblable au pastis, mais se buvant avec sel et citron, comme la tequila) et qui ne fait pas mal à la tête le lendemain.

Après ces quelques jours, nous nous arrêtons pour notre dernière halte en Colombie, à las Lajas, un sanctuaire construit sur un pont, au fond d'un canyon. Nous en avions vu des photos quand nous étions dans le nord, et ça nous avait fait rêver. Mais ça nous paraissait tellement loin, et maintenant, nous sommes ici.

La Colombie a vraiment été une expérience extraordinaire surtout la générosité des gens rencontrés et la variété des paysages. Nous ne savons pas encore ce que nous réservent les prochains pays mais nous pouvons l'affirmer, nous reviendrons en Colombie. Nous ne pouvons que vous conseiller de venir découvrir ce magnifique pays.

Vidéo de la Colombie
Photos de la Colombie

On a aimé

  • Les rencontres
  • La nourriture
  • Les descentes

On a moins aimé

  • Les montées

On a été surpris

  • La générosité
  • L'ouverture
  • Etre millionnaire! (en pesos)

Panama

Pour arriver au Panama nous avons traversés un petit pont où seulement un camion à la fois peut passer. Les formalités de douane se déroulent sans problèmes (comme d'habitude, même si nous n'avons pas de billet de sortie, ni de garanties financières). Comme souvent les douaniers sont plus intéressés par notre voyage qu'à nous demander les documents. A peine parti sur les route Panaméennes qu'on nous offre déjà à boire (heureusement car il fait très chaud), que les gens nous demandent où nous allons et nous conseillent une meilleure route, toute nouvelle qui n'était pas sur notre carte.

Nous longeons la côte Caraïbe, puis devons traverser le pays (et les montagnes) pour nous rendre sur la côte pacifique. La route est magnifique, au milieu de la forêt tropicale, mais comme on nous avait prévenu, nous voici dans de véritable montagnes russes. A peine avons-nous finit une montée qu'il y a une descente, puis à nouveau une montée et ainsi de suite. Pour vous donner une idée, en deux jours, d'à peu près 50 kilomètres, nous sommes montés 800 mètres et nous sommes descendus 800 mètres… c'est frustrant! Puis nous attend une journée que de montée (1985 mètres) très dure, mais magnifique, où nous avons la vue sur la mer et les îles, plein d'oiseaux, dont six toucans qui traversent la route juste devant nous sans respecter la priorité de droite (nous en verrons une quinzaine juste cette journée).

Une fois arrivés au sommet, c'est la descente sur la côte Pacifique et sa météo capricieuse: le matin il fait grand beau et chaud, et vers 14 heure nous avons droit à une belle averse tropicale (et comme à chaque fois on a pas réussi à se mettre à l'abri à temps, on se retrouve trempés jusqu'au slip!). C'est un peu frustrant, tous les matins nous séchons nos affaires qui serons trempées le soir. Après trois jours on a compris la leçon et nous allons essayer de partir plus tôt le matin et trouver un endroit où s'arrêter vers 14 h.

Nous avons rejoint la Panamerican Highway: ici au Panama, elle mérite vraiment son nom. C'est une vraie autoroute 2x2 pistes avec un bel accotement et peu de trafic. Comme il y a toujours un coté qui est en travaux, nous avons une moitié d'autoroute rien que pour nous, ce qui est très agréable.
Enfin…ça c'est ce qu'on pensait! Car arrivés à 200 km de Panama City, les routes se rétrécissent, et le trafic augmente. La pluie aussi finalement s'avère autant ponctuelle que les gens d'Amérique Centrale et n'en fait qu'à sa tête, et nous n'arrivons pas à y échapper. Nous arrivons à enfiler nos ponchos à temps mais face à des pluies pareilles, ça ne sert pas à grand-chose. Et une fois trempés, autant continuer. Voici un peu notre quotidien au Panama.

Nous arrivons à un endroit un peu symbolique pour nous, nous traversons le pont du centenaire qui enjambe le Canal de Panama. C'est juste un pont de plus qui traverse un cours d'eau mais pour nous c'est un sentiment étrange. Nous nous remémorons nos premiers jours en Alaska, il y a presque une année: nous n'arrivions pas à imaginer être ici! (Bien que nous l'espérions).

Nous arrivons enfin à Panama City. C'est un peu une ville à l'américaine, des grands immeubles, des immenses malls (supermarchés), des grandes avenues, mais ils roulent comme des latinos! Pas façile à vélo! (D'ailleurs, nous n'en croisons que très peu) Nous profitons d'un jour de repos pour amener notre vélo pour un contrôle général et allons visiter Casco Viejo (la vieille ville). Quel contraste avec la "nouvelle" ville qui est juste à côté. Nous nous retrouvons dans une petite ville coloniale avec des maisons colorées de 2-3 étages, des églises, des parcs; c'est vraiment charmant. Quand nous allons récupérer notre vélo, qu'elle ne fut pas notre surprise: le patron du magasin a décidé de nous offrir la réparation pour nous aider dans notre aventure.

Nous repartons donc vers la côte Caraïbe avec un vélo tout neuf, et nous passons quelques jours à Puerto Lindo pour attendre notre voilier, qui nous amènera en Colombie. Sur le chemin, trempés après une averse (pour changer!), nous longeons des champs, quand tout à coup, sur un barbelé, un paresseux tout trempé qui fait des acrobaties. Quelle belle récompense de s'être fait mouillés. De plus, nous verrons une famille de singes hurleurs quelque mètres plus loin.

Départ pour l'Amérique du Sud, une année pile poil après être parti de Suisse. Afin de fêter ça nous prenons une croisière de 5 jours dans les Caraïbes à travers les îles San Blas afin de rejoindre Carthagène et la Colombie. En fait nous n'avions pas vraiment le choix car pour relier la Colombie depuis le Panama il n'y a que l'avion le bateau ou essayer de braver la forêt vierge. Par soucis écologique (et non économique) nous choisissons le voilier. (bon... et puis aussi parce qu'on ne vit qu'une fois et qu'on voulait se faire plaisir!) Nous pensions bien voir de belles îles, mais à ce point quand même pas. Nous nous retrouvons sur les mêmes images que l'on peut voir sur les catalogues de voyage…en mieux! Nous nous arrêtons sur des îles désertes de sable blanc, de l'eau turquoise. Sur le bateau nous sommes une petite équipe de dix, plus quelques membre d'équipage. L'ambiance est excellente, nous faisons du snorkeling, du paddle, des jeux et partageons nos aventures. Les soirées sont animées entre homard en regardant le coucher de soleil, grillades au coin du feu ou soirée pirates! Une parfaite escapade au paradis! Enfin, malgré tout il faut quand même ternir un peu le tableau idyllique, beaucoup de courants marins arrivent dans cette région et ces belles îles ont quand même énormément de déchets. Pour vous donner un exemple, nous avons rempli un sac poubelle de 110 litres en 15 minutes en nettoyant juste 20 mètres de plage. Quand les bateaux passent ils essayent de prendre quelques sacs poubelles à ramener sur le continent, mais il y a encore beaucoup à faire.

A nous l'Amérique du Sud et ses hauts plateaux!!!

Vidéo du Panama
Photos du Panama

Costa Rica

Nous arrivons au Costa Rica et nous sommes directement plongés dans la forêt tropicale. Tout est vert autour de nous, nous entendons les chants des oiseaux, c'est rafraichissant! Nous passons notre première nuit chez des Suisses-allemands (de St-Gall), qui tiennent un petit hôtel. Nous posons notre tente au milieu des singes, un paresseux sur le palmier à côté de nous et un crocodile juste dans la rivière en contre bas. Waw! Déjà conquis par le Costa Rica!

Le jour d'après nous traversons des champs d'orangers. Nous nous arrêtons dans un tout petit village, nous profitons de la rivière pour faire un brin de toilette et nous rafraichir. Une eau magnifique, bleu turquoise. Ça fait plaisir de revoir des cours d'eau pas totalement à sec. Nous préparons notre souper en pensant passer la nuit dans ce charmant endroit. Trois enfants (13,10 et9 ans) du village viennent nous voir, nous disent que l'endroit n'est pas spécialement dangereux mais que parfois des gens un peu trop alcoolisés viennent roder par ici. (des Nicas…apparemment, ce n'est pas l'entente cordiale entre les deux pays ;-))Nous partageons notre souper avec eux, ils ont l'air de raffoler de nos pâtes trop cuites. Puis ils nous invitent à venir mettre notre tente dans leur jardin. Nous avons passé un étrange mais très agréable moment en leur compagnie. Ils étaient très curieux et nous posaient tout pleins de questions très pertinentes.

Sur les pentes abruptes qui nous mènent vers le Rio Celeste, sur une petite route caillouteuse, la poignée d'appoint du vélo se dévisse sous la force de l'effort, nous perdons l'équilibre et Benoit se tord la cheville en atterrissant. Nous retournons donc au village le plus proche, Bijagua non sans mal. C'est surtout Tessalia qui pédale, Benoit ne peut utiliser qu'une jambe. Nous resterons là-bas 3 jours à poser de la glace sur la cheville et récupérer le mieux possible. Nous ne voulons pas rester bloqué dans ce petit village alors un camion nous prend en stop jusqu'au Rio Celeste, nous visiterons quand même le parc, même si Benoit boitte bien bas. Il aurait été frustrant de passer si près d'un si beau lieu sans s'y arrêter. Le rio est d'un bleu turquoise à couper le souffle, et la légende dit que quand Dieu termina de peindre le ciel en bleu, il lava ses pinceaux dans le Rio Céleste.

Nous reprenons le vélo jusqu'à San Rafael car ce n'est que de la descente. Ce n'est pas forcément l'idéal, la cheville de Benoit le fait souffrir, mais il nous faut avancer. De San Rafael nous pouvons prendre un bus pour San Jose et à 10km de là (Heredia) une connaissance de Benoit nous accueille. A nouveau nous sommes agréablement surpris de l'hospitalité que nous recevons de la part de ces expatriés que nous ne connaissions que vaguement. En plus les trois jours suivant il était en vacances et nous avions la maison pour nous, nous en avons profiter pour bien nettoyer la remorque et le vélo ainsi que raccommoder les chaussettes…

Philippe, un ami de Benoit nous a rejoint pour une semaine de vacances. C'est l'occasion de visiter les lieux que nous avons manqués à cause de la blessure de Benoit. Première visite, le volcan Poas… où nous arrivons 5 minutes après qu'il soit entré en éruption. Du coup, impossible d'aller nous promener dessus! Dommage, mais impressionnant quand même! Nous allons donc marcher sur le volcan Arenal, où nous croisons un toucan! Magnifique! Nous nous baignons dans les rivières naturellement chaudes au milieu de la forêt tropicale. C'est féérique. Nous allons au Monteverde nous balader sur des ponts suspendus. nous ne verrons pas autant d'animaux qu'espéré, mais c'est quand même beau. Nous allons encore quelques jours à la mer à Manuel Antonio, et là nous voyons un paresseux juste un mètre au-dessus de nous le long de la route, juste un peu plus loin deux haras qui se disputent au sommet d'un arbre. Nous verrons d'autres paresseux, singes et autres animaux, mais ça n'a pas la même saveur de les voir au hasard que de les voir dans un parc naturel. Nous passons aussi beaucoup de temps dans l'eau, elle est tellement chaude et le vagues nous bercent. Mais le temps passe vite, et c'est déjà le moment pour Philippe de rentrer, et pour nous de repartir.

C'est donc tout reposés (et presque réparé pour Benoît) que nous repartons, direction la côte atlantique, mais ce n'est pas si facile que nous le pensions. Il fait chaud, et nos muscles ne sont plus habitués à l'effort. De plus, nous sommes sur une route avec beaucoup de trafic (tous les camions qui font le trajet entre le pacifique et l'atlantique). Mais la verdure est magnifique: tout est vert, humide, pleins de cocotiers et bananiers…et après quelques jours de trajet, la mer caraïbe! Quel plaisir! Des plages de sable, une ambiance plus relax (presque jamaïcaine, un peu comme au Belize), et une eau bleu turquoise. C'est parfait pour un dernier jour de farniente, avant d'entrer au Panama.

Ce que nous n'avons pas dit sur le Costa Rica, c'est que la pluie a été de la partie! Eh oui, la saison des pluies a commencé un peu plus tôt que nous l'avions prévu, et nous avons eu une averse quasi chaque jour, mais qui, la plupart du temps, ne dure pas trop longtemps.
C'était aussi pour nous un pays cher (ce n'est pas pour rien qu'on l'appelle la Suisse de l'Amérique Centrale ) et touristique, et nous nous réjouissons de retrouver un peu plus d'authenticité (peut-être?) au Panama. Mais nous avons adoré ce pays pour la richesse de ses paysages et de sa faune. Cela faisait vraiment plaisir de revoir un peu plus de nature!

On a aimé

Pouvoir boire l'eau du robinet
La nature verdoyante
Revoir des amis

On a moins aimé

Le trafic
Les moustiques
Les prix élevés

On a été surpris

Il n'y a pas d'armée
Voir les bananes Chiquita
Par le volcan Poas