Mexico Central

Nous quittons La Paz et la Basse Californie pour rejoindre Mazatlan. Ce trajet nous le ferons en ferry. Par les joies du hasard à vélo nous y retrouvons Sabine et Etienne (un couple de français qui étaient arrivés avec le même avion que nous à Anchorage et que nous n'avions plus revus depuis Fairbanks), Chung et Enid (un couple de Taïwanais), Ian (un Américains) et Jackie (une Mexicaine) et un couple d'allemands. Nous espérons tous aller jusqu'à Ushuaia (sauf Jackie, qui veut rester au Mexique). 11 heures de bateau à dormir à même la moquette avec à choix, soit un local frigorifié, soit dormir à côté de l'orchestre. Nous avons choisi l'orchestre (nous n'avons donc pas beaucoup dormi).

Arrivés à Mazatlan, au contraire de nos amis cyclo-touristes, nous décidons d'y rester un jour pour visiter la ville et s'y reposer un peu après les peu d'heures de sommeils que nous avons eu. Nous avions pensé prendre un bus pour rejoindre Durango, mais finalement, sur les conseils de nos hôtes nous choisissons de monter (Durango est à 2400 mètres) à vélo. Finalement les conseils étaient très bons, les paysages sont magnifiques, mais les montées très dures (surtout que même pendant l'ascension il y a beaucoup de montées et descentes.) Nous évitons absolument de faire du camping sauvage, tous les gens rencontrés nous l'on déconseillé. Alors pour notre nuit à Copala nous demandons à un restaurant si nous pouvons mettre notre tente dans son jardin. Comme toujours, il accepte, mais nous dit que si l'on préfère il a une chambre à côté du restaurant et que l'on peut s'y installer. Nous n'allons pas refuser pareille offre. Comme nous sommes déjà un peu en altitude, nous sentons déjà que les nuit sont un peu plus fraîches.

Nous n'avançons vraiment pas vite et ça monte toujours autant, heureusement comme une autoroute a été construite dernièrement les gros camions et la majorité du trafic passe sur cette dernière. En quittant El Pamito, il pleut, il y de la grêle, presque de la neige et après à peine 10 km nous nous arrêtons boire un café pour nous réchauffer. Là nous discutons avec les gens et un monsieur nous propose de nous emmener à Durango (à 180km) dans son gros pick-up. Nous ne pouvions pas refuser pareille offre! Sur la route, un peu plus haut il y a de la neige, nous sommes bien content d'être au chaud dans une voiture pour une fois.

Arrivés à Durango, nous nous sentons en hivers, et presque à noël. Les rues sont illuminées, il y a des décorations de noël partout, et surtout, il fait glacial!

De Durango à Zacatecas nous prenons le bus, la route est dangereuse nous dit-on (à cause du trafic) et pas très intéressante. Pas de soucis pour mettre tout notre convoi dans la soute du bus. Zacatecas est une très belle ville avec un beau centre, de belles églises.

Mais l'envie de repartir est plus forte, et nous reprenons enfin notre vélo. Nous empruntons souvent l'autoroute, il y un bel accotement et presque moins de voiture car c'est payant. Aux péages nous devons faire attention à ne pas passer devant la caméra sinon nous devons aussi payer mais les employés nous disent toujours par où passer. Il y a bien des panneau "interdit aux vélos", mais on nous a dit que c'était juste pour la sécurité qu'ils doivent les mettre (les voitures vont quand même vite), mais ce n'est pas vraiment interdit. Vive le Mexique!

Juste avant d'arriver à Lagos de Moreno nous avons une crevaison. Pendant que nous changeons la chambre à air, un monsieur vient nous parler et nous demande d'où nous venons. Il connait une suissesse en ville et l'appelle, elle nous invite à souper chez elle, et même à dormir. Nous avons droit à une petite maison rien que pour nous à coté de leur très grande maison. Le soir nous allons assister à la fête de l'immaculée conception avec de la musique des feux d'artifices.

Nous continuons notre route vers le sud, Guanaruato est une ville pleine de couleurs construite sur des collines, il y a des ponts, des tunnels et des rues étroites partout il y est très facile de s'y perdre (un géomètre ne se perd pas, il s'égare), d'ailleurs nous avons adoré nous y égarer. C'est ainsi, qu'en suivant des locaux (dont les enfants étaient vêtus d'habits traditionnels et des moustaches dessinées) tout en haut de petites rues, nous arrivons au lieu de pèlerinage, où les habitants viennent donner des offrandes à la "Virgen de Guadalupe". Il y a de la musique, des danses, et bien sûr, de la nourriture!

Nous passons par Dolores Hidalgo ville moins touristique mais qui mérite le détour (c'est quand même le berceau de la révolution Mexicaine sur les Espagnols). A San Miguel de Allende nous nous posons boire un café sur une terrasse devant la cathédrale. Un monsieur vient s'assoir à côté de nous, entend que l'on parle français et discute un peu. Il est tessinois, sa femme est mexicaine. Il nous invite à passer la nuit chez lui. Bon nous devons faire 10km pour rejoindre sa maison, mais nous ne le regretterons pas. Il nous invite à profiter de la piscine et du jacuzzi face à un beau coucher de soleil. Comme il est cuisinier et a un restaurant au Tessin nous aurons encore droit à un succulent repas, avec même une assiette de fromage en dessert. Nous vous racontons souvent quand nous avons la chance d'être accueilli comme des rois, mais ce n'est pas toujours comme ça. Nous dormons aussi souvent dans de petits hôtels pas cher, sous tente dans les jardins de gens qui veulent bien nous faire un peu de place. Mais c'est vraiment une facette géniale du voyage. Nous ne savons jamais où nous passerons la prochaine nuit.

C'est aussi à San Miguel de Allende, que sur le chemin, quelqu'un s'arrête pour nous prendre en photo. Lorsque nous passons à côté de lui, il commence à nous poser des questions. Il s'avère que c'était un journaliste, et nous avons donc notre premier article paru dans le journal régional de Guanajuato, en espagnol! (tout n'est pas tout juste…mais l'article est vraiment sympa! N'est-ce pas Benoîte?)

Le lendemain nous reprenons le bus pour Xilitla. Changement complet de paysages, nous quittons les plaines sèches pour arriver dans des forêts humides. C'est agréable de se réveiller aux chants des oiseaux, entourés de papillons (et d'araignées). Nous visitons les jardins surréalistes de Las Pozas, des sculptures en béton au milieu de la forêt. Nous continuons à vélo direction Aquismon où là nous allons voir le Sotano de las golondrinas, un des plus grands gouffres au monde et le soir avant le coucher du soleil nous assistons au spectacle de milliers de perroquets qui viennent là pour passer a nuit. Il y a aussi les hirondelles, beaucoup plus nombreuses, et qui plongent dans le gouffre à une vitesse telle que nous avons de la peine à les voir, mais le bruit est impressionnant. A Tanchachin nous ramons à contre-courant dans un décor exceptionnel jusqu'à la cascade de Tamul, les plus hautes chutes du Mexique (105mètres). Nous continuons notre périple, en traversant des champs de canne à sucre. Mmm… ça sent bon le sucre (oui, ils brulent les feuilles, ce qui dégagent une bonne odeur… et fait fuir les serpents!)

A Tamasopo nous arrêtons pour faire demi-tour… un autre journaliste nous arrête. On devient célèbres!! (bon nous n'avons toujours pas vu l'article par contre…). Nous profitons d'aller visiter des cascades, et même de se baigner! (pour Tessalia…Benoît attendait au bord de l'eau, le bonnet sur la tête) c'est vrai qu'en un jour, la température avait chuté de 10' degrés.

Le soir, pour une fois, nous décidons d'aller manger au restaurant, et non dans un petit comédor ou stand de tacos…et… ce qui devait arriver une fois (croisons les doigts) durant ce voyage arriva.. Nous sommes malades toute la nuit et la journée du lendemain. Pas un moment drôle, et on aurait bien aimé être à la maison (pouvoir se faire couler un bon bain, une petite soupe,…). Mais au moins, nous avons une chambre d'hôtel (froide et qui pue) mais avec toilettes!

Malgré cela, nous profitons le lendemain d'aller voir encore une petite chute d'eau à Puente de Dios dans les environs, avant de prendre le bus pour Puebla. 12 heures de bus, un changement, et quelques complications…mais nous sommes maintenant arrivés à destination.

C'est d'ici que nous vous souhaitons à tous de belles fêtes de fin d'années!!!

Merci de suivre nos aventures… et à l'année prochaine!!!

Vidéo de Mexico Central
Vidéo de Mexico Est
Photos du Mexique

Baja California

Nous quittons San Diego pour passer la célèbre frontière de Tijuana. Nous avons un peu d'appréhension à l'idée de passer cette frontière. Mais envie de "voir" ce qu'est Tijuana. Et excités de connaitre ce pays!

Le plus compliqué fut de passer les tourniquets de la frontière avec notre vélo. (la porte, qui aurait été pourtant si facile à passer, demandait l'autorisation de beaucoup de gens...un peu compliqué...et trop long) Ensuite, passer la frontière et payer les 25 dollars afin de pouvoir rester 180 jours fut très facile. Une fois arrivé au Mexique nous sommes directement plongés dans un autre monde. Les petites rues étroites de Tijuana (construite sur des collines…ce que nous avons découvert à la sueur de nos mollets) la route pleine de nids de poule un trafic incessant et des odeurs nouvelles. Les gens nous regardent bizarrement, mais nous saluent joyeusement. Grâce au GPS et à Tessalia nous arrivons à trouver un petit hôtel à l'Est de la ville. C'est dans un petit hameaux, le long de la route, que nous mangeons nos premiers tacos. Miam!! Vive le Mexique!

Le lendemain nous partons un peu avant nos amis québécois car ils sont plus rapides que nous. Nous empruntons un chemin de terre pendant 20km, où notre vélo s'enfonce parfois dans le sable et nous oblige à pousser. Nous croisons la route de plein de camions, qui nous font manger la poussière à chaque fois, mais nous font de grands signes.

C'est ce jour là où nous nous faisons percuter par un camion. Gros coup de stress et de déception. Peur de devoir terminer ici notre aventure à vélo. Nous terminons donc le trajet en Pick-up jusqu'à Ensenada. Nous avons eu beaucoup de chance dans notre malchance. C'était peut-être une chance que cela nous arrive au Mexique car, sans beaucoup d'espoir nous avons amené notre vélo pour le réparer dimanche après-midi et lundi à 18h il était déjà réparé, et ça ne nous a pas couté grand-chose (pour nous suisse). Le mardi nous allons faire un tour à vélo autour d'Ensenada histoire de reprendre confiance dans le trafic et retrouver les sensations. Pas toujours facile surtout au début à côté des gros camions mais ensuite nous empruntons une route moins fréquentée et la confiance revient. En regardant en arrière c'est vrai que deux jours à attendre que notre vélo soit réparé, ce n'est rien! Mais pendant ce court laps de temps beaucoup de choses nous ont passé par la tête. Car le choc a été quand même très violent. Nous remercions notre super remorque qui a amorti presque tout l'impact. (et notre bonne étoile!)

Le mercredi nous reprenons notre route vers le Sud. Le trafic est dense. Heureusement, nos amis Québécois nous accompagnent, ils ralentissent même leur rythme de croisière pour rester derrière nous et nous "protéger" des véhicules. Nous avons encore des frayeurs, mais il faudra bien s'y faire et nous en aurons encore. Il nous faut apprendre à vivre avec, car des camions il y en a partout.

Nous descendons jusqu'à San Quintin, sur une route avec un trafic très intense. (Nous allons essayer de moins vous parler des conditions de circulation et plus des beaux paysages que nous avons la chance de traverser)

Nous quittons donc San Quintin (et le trafic), pour traverser la réserve de la "valle de los Cirios". Les paysages changent à chaque fois que l'on passe un col, à chaque fois plus beaux. Des merveilleux paysages de désert et de cactus. Le soleil tape, et la chaleur se fait plus intense. Nous apercevons parfois un cadavre de vache le long du chemin, avec des vautours qui tournent autour, ou nous regardent passer depuis leur fils téléphonique. Nous avons souvent l'impression de nous retrouver dans les bandes dessinées de Lucky Luke.

Arrivés à Cataviña, tout petit village avec juste un hôtel de luxe trop cher pour nous (70CHF), un camping dans notre budget (2.50CHF), un petit magasin et un restaurant. Nous aurons la chance d'y retrouver Alberic (ami de Benoit). Quel plaisir de voir une tête connue, ici, perdu au milieu de Baja California! Comme il voyageait de Tijuana à La Paz nous avons réussi à trouver un endroit où se retrouver.

Les paysages se font ensuite un peu plus monotones, un peu plus sec. Il y a de moins en moins de cactus, pour laisser place à des tas de cailloux, comme posés par l'homme, formant d'énormes montagnes. Puis, au milieu de ce désert, nous apercevons des palmiers. C'est avec plaisir que nous nous arrêtons à San Ignacio, petite oasis au milieu de laquelle coule une rivière, et où nous voyons pour la première fois à Baja une église et une petite place. Nous goutons aussi aux fruits régionaux : les dates !

Nous nous réjouissions de voir la Mer de Cortez, mais la première ville où nous arrivons n'est pas très tournée vers la mer, et nous devrons attendre pour les belles plages. Mais nous y avons notre première nuit chez les "bomberos" (pompiers). Ils sont tout étonnés quand on leur demande où trouver un lieu où poser notre tente : "ben, ici !" nous répondront-ils! Ils avancent un peu le camion, et nous avons un petit coin pour poser notre tente. Ils ont des douches (froides), et nous profitons même d'aller voir le cours de danse populaire juste à côté. Un peu bruyant pour dormir, mais la fatigue se fait vite sentir, et c'est une très bonne première expérience que nous avons (surtout Ben qui est tout content d'avoir pu faire une photo avec eux !)

Nous faisons une petite pause dans une autre oasis au bord de la mer, Mulegé, histoire de recharger un peu nos batteries. L'impression d'être dans un autre endroit, au milieu des palmiers.

La route longe ensuite le bord de la mer, et nous nous accordons une petite pause avant la montée. L'eau est magnifique, et enfin assez chaude pour se baigner ! Ça fait du bien ! Mais le vent se lève et c'est au sommet du col que nous fêtons nos 6 mois de voyage, au milieu des cactus et accompagné d'une jolie mygale.

Nous retraversons la péninsule d'est en ouest. Une fois passé les montagnes la route est on ne peut plus plate avec juste une petite colline avant d'arriver à La Paz. (Mais avec des travaux sur la route, ce qui rend le chemin plus long) Nous dormons très souvent à côté des rares restaurant que nous croisons le bord de la route. En échange nous mangeons sur place.

Enfin arrivés à la Paz, nous profitons pour donner notre remorque à réparer à la marina (connaisseurs en fibre de verre) pour pouvoir repartir de Baja presque à neuf

Nous en profitons aussi pour faire un peu les touristes : se prélasser à la plage et ne rien faire, nager avec les requins baleines et les otaries, faire du snorkeling pour admirer les petits poissons.

C'était notre dernière étape à Baja California, (Pour vous donner une idée: 1500 km, un peu plus long que l'Italie, mais un peu moins large) après un mois de découverte dans cet univers désertique, nous sommes prêts pour de nouvelles découvertes! Nous profitons donc de bien nous reposer avant de prendre le ferry pour Mazatlan et de grimper dans les montagnes.

Photos de Baja California
Vidéo de Baja California

dsc00303

dsc00861

dsc01533

dsc01725

dsc01918